Connect with us

Actualités

Sonko, Bocoum, TAS, Abdoul Mbaye: Ce que risque cette nouvelle génération…

Publié il y'a

Date :

Notre classe politique était généralement composée de vieux dinosaures qui étaient là depuis l’indépendance. Rares sont ceux qui, comme Dansokho et Bathily, songent à prendre la retraite et à céder le fauteuil aux plus jeunes.

Signe des temps, depuis quelques temps, une nouvelle génération d’hommes politiques voit le jour : Ousmane Sonko, Thierno Bocoum, Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye et bien d’autres.

Leur rêve, assurer l’alternance générationnelle par un engagement politique décisif en participant à la prochaine présidentielle.

Ces ‘’jeunes’’ loups ont investi le terrain et entendent ainsi envoyer à la retraite la vielle garde qui, le plus souvent, flirte aujourd’hui avec Macky Sall.

Bien sûr, il y a le cas spécifique d’Abdoulaye Wade qui crée de sérieux soucis à ses compagnons, du fait de sa détermination à imposer son fils comme candidat à la Présidentielle de 2019.

Le pari est noble, réalisable, mais plein d’embûches.

L’obstacle le plus préoccupant est la sociologie politique du Sénégal.

En général, ceux qui sont prompts à voter sont les personnes âgées, hommes et femmes, notamment des quartiers populaires et des villages.

Et là, le niveau d’instruction est très faible. Et ils votent rarement pour un inconnu du sérail. Ils se posent entre certains candidats et eux un problème de confiance.

Ils aiment dire ‘’que l’on ne peut pas lutter contre un pouvoir’’ et nombre d’entre eux n’hésitent pas souvent à préférer voter pour le candidat du pouvoir.

Mais ce n’est point là une fatalité.

Qu’à cela ne tienne, ces jeunes leaders devront davantage compter sur la jeunesse, notamment celle de la diaspora. Ces derniers rêvent comme eux que les chosent changent et qu’ils se produisent de profondes mutations au Sénégal.

Macky a, à un moment, catalysé cet espoir, mais il a vite déçu certains, surtout lorsqu’il s’est entouré de vieux hommes politiques, très connus et pas toujours appréciés des Sénégalais.

Signe des temps, la jeunesse est aujourd’hui très enthousiaste à accompagner cette nouvelle génération d’hommes politiques.

Mais, là aussi, il y a une limite de taille. La politique ne se gagne pas dans les réseaux sociaux. Il faudra descendre sur le terrain et convaincre surtout ces jeunes à revendiquer leurs cartes d’électeurs et à voter. Car, l’expérience a montré que les jeunes s’agitent beaucoup et votent peu.

Il faudra aussi que ces nouveaux leaders convainquent de leur bonne foi. Ce n’est pas pour rien que Sonko a été attaqué sur le terrain du Djihadisme. Le souci est justement de susciter la peur chez une bonne partie de l’électorat. Car, dans le passé, Wade a beaucoup souffert de ces stéréotypes. On en a fait un ‘’ami’ de Kadhafi qui veut ‘’déstabiliser’’ le Sénégal, etc.

L’autre défi qui guette cette jeune classe politique, est le règne de l’argent. L’achat de conscience est voulu et souhaité pour une bonne frange de cet électorat.

Ainsi, la politique à coup de milliards est une réalité. Battre une campagne présidentielle chez nous est très coûteux. Il faudra un budget de guerre. Et surtout savoir mettre la main à la poche.

Si donc ces jeunes arrivent avec l’idée de remettre les choses sur les rails de l’orthodoxie politique, il leur faudra du temps pour rééduquer les électeurs et changer leurs mentalités.

Sinon, le réveil pourrait être brutal. Il ne serait pas rare, qu’à l’approche de l’élection, certains électeurs changent complétement d’attitude.
La réalité est que les électeurs aussi transhument. Ce ne sont pas les seuls leaders politiques qui le font. Or, la transhumance des électeurs n’est pas dictée, ici, par le caractère cohérent des discours et programmes politiques. Il s’appuie le plus souvent sur des considérations matérielles et de survie.

D’ailleurs, si les leaders politiques s’y adonnent, pourquoi pas les électeurs, ces citoyens qui sont parfois sans instruction ?

Donc, rien n’est acquis d’avance. Et pour gagner des élections chez nous, il faudra tenir compte de la sociologie politique en n’oubliant pas surtout les vieilles méthodes qui ont fait recette jusqu’ici.

Si on veut révolutionner toutes les méthodes politiques sans être au pouvoir, il y a peu de chance qu’on y accède.

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Guédiawaye : Ahmed Aïdara retire à GFC son stade, Lat Diop annonce une plainte

Publié il y'a

Date :

Dans une correspondance adressée à Lat Diop, président de GFC et responsable local de Benno, le maire Yewwi de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, annonce la suspension «pour un temps» de la convention dans le cadre duquel la mairie met à la disposition du club le stade Ibrahima Boye. Celle-ci a été signée sous le magistère de son prédécesseur, Aliou Sall.

D’après Les Echos, Ahmed Aïdara a invoqué «un déficit budgétaire criard». Ainsi, renseigne le journal, GFC a jusqu’au 1er octobre prochain à 18 heures pour vider les lieux. L’édile de Guédiawaye offre cependant la possibilité de renouveler la convention «dans d’autres circonstances particulières qui seront définies d’accord parties».

Les Echos rapporte que Lat Diop ne l’entend pas de cette oreille. «Il veut nous retirer le stade que Aliou Sall avait mis à notre disposition sur la base d’une convention de quatre ans, en contrepartie de l’appui financier que la ville devait octroyer à GFC. Il ne sait même pas qu’il ne peut dénoncer une convention de façon unilatérale», souligne le président du club de football.

Ce dernier informe que les avocats de GFC vont saisir la justice et que le Comité exécutif du club va se réunir ce mercredi avant de faire face à la presse demain, jeudi.

Continuez la lecture

Actualités

Lenteurs au Port autonome de Dakar: Le Dg Aboubacar Sadikh Bèye explique

Publié il y'a

Date :

Les lenteurs au niveau du Port autonome de Dakar ont été décriées pendant la réunion présidentielle sur la cherté de la vie.  Mais pour le directeur général de cette structure,  cela s’explique  par une situation conjoncturelle. En effet Aboubacar Sadikh Beye a expliqué l’indisponibilité de certains quais entrave  l’offre portuaire. Sur 23 postes, les huits sont immobilisés. Par exemple, au mole 1,  deux postes sont au service du pétrole et du gaz pour la plateforme Tortue et Sangomar. Le bateau hôpital occupe aussi un poste au Port autonome de Dakar. Deux autres postes sont mobilisés pour être modernisés et seront récupérés en octobre.

  Le directeur général du Port d’ajoute que ces lenteurs s’expliquent aussi par un atre facteur lié à la forte portuaire. « En juillet on a fait 104% en importation. La congestion terrestre est réglée parce que les camions sortent très tôt du Port  alors qu’ils pouvait y faire plus de 4 jours ».  S’agissant de la manutention, un bateau de 40 000 tonnes reste à  quai pendant 20 jours parce que les manutentionnaires font 2000 tonnes par jour. « La manutention se fait encore comme il y a 40 ans. Il faut une modernisation. Il ajoute que les concessionnaires et les lignes maritimes sont aussi dans le Port et occupent de grandes surfaces », conclut-il.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte contre le trafic illicite à Thiès : Une contrevaleur de 437 millions FCfa de produits prohibés incinérés

Publié il y'a

Date :


La Douane de Thiès a procédé à l’incinération de produits prohibés d’une contrevaleur de 437 millions de francs CFA.

Les produits prohibés saisis en 2021, dans le cadre des opérations de « bouclage » des couloirs et réseaux de trafic illicite, sont composés de faux médicaments vétérinaires d’une contrevaleur de 175 259 382 francs CFA ; de 3529 kg de chanvre indien pour une contrevaleur de 236 940 000 francs CFA ; de sachets en plastique pour une contrevaleur de 25 000 000 francs CFA.

L’adjointe au Gouverneur de Thiès, Mme Tening Faye Ba, a supervisé la cérémonie d’incinération en présence des représentants des autres Forces de Défense et de Sécurité, du corps médical et des services en charge de l’environnement.

Le Lieutenant-Colonel Amadou Lamine Sarr, Chef du Groupement polyvalent de Recherche et de répression de la fraude a rappelé la dangerosité des produits incinérés sur la santé de la population.

Il a affirmé une fois de plus l’engagement de son unité à combattre farouchement le trafic illicite sur toutes ses formes conformément aux directives de la Direction générale des Douanes, le DG en particulier. 

L’Adjointe au Gouverneur, Tening Faye Ba, a ensuite, invité les populations, celles du littoral plus précisément, à une collaboration plus étroite avec les forces de défense et de sécurité. 

Continuez la lecture

Articles tendances