Connect with us

Actualités

SERIGNE ABDOUL AHAD MBACKE 3em Khalife Général des Mourides de 1968-1989.

Publié il y'a

Date :

Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, fils de cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme et de Sokhna Mariama Diakhaté est né en 1914 à Diourbel.

A sa naissance son vénéré père Cheikh Ahmadou Bamba prenant à témoin ses plus proches disciples déclara : « priez pour lui afin qu’Allah lui accorde longue vie car, en lui, je place un espoir immense ».

Ainsi, il était le 3ème Khalife Général des Mourides en succédant à son frère aîné Serigne Fallou Mbacké en 1968.

Quand le 6 août 1968, Serigne Fallou Mbacké 2ème Khalife Général du Mouridisme, rejoignit son Seigneur, la Communauté qui dans sa grande majorité l’ignorait put découvrir un homme droit, honnête, ennemi irréductible du mensonge, de la duplicité et de l’hypocrisie.

Sa rigueur inflexible le conduit très vite à mettre en place des dispositions dont les résultats ne tardèrent pas à donner au Mouridisme un visage encore plus rayonnant.

Sous son khalifat, Touba a connu une expansion fulgurante et la cité bénite de Khadimou Rassoul accède aux infrastructures modernes : un hôpital, une gendarmerie, une gare routière, un marché.

Il est à l’origine de la décoration à la marocaine et de l’extension de la mosquée qui ont nécessité la somme de 1 milliard 500 millions de francs et d’une bibliothèque qui abrite 170 000 ouvrages et Khassaides et des exemplaires du Coran.

C’est à lui qu’on doit la poursuite de l’électrification, l’installation du réseau téléphonique, la mise en œuvre des rocades, l’implantation d’une dizaine de forages parmi lesquels celui de « Aïnou Rahmati », le puits de la miséricorde.

Le somptueux palais dénommé « Résidence Keur Serigne Touba » porte également la marque de Serigne Abdoul Ahad Mbacké pour un coût de 500 millions de francs CFA.

Son programme d’assainissement est surtout marqué par la restructuration du marché « occass » afin de lutter contre la contrebande et de redonner un nouveau code de conduite aux talibés pour rendre à Touba son côté sacré. Son appel destiné aux talibés à avoir chacun une résidence à Touba eut pour seul objectif de faire de la ville une métropole commune.

Le bâtisseur et éducateur tel que surnommé, Cheikh Abdoul Ahad Mbacké a assimilé le Coran et les Sciences religieuses sous la férule de son oncle Serigne Amsatou DIAKHATE, frère de sa vertueuse mère Sokhna Mariama DIAKHATE.

Travailleur, Serigne Abdou Lahat Mbacké  a gagné les galons de premier agriculteur dans ses exploitations de Touba Bélel, de Boki Barga, de Kadd Balooji et de Mbara Dieng.

De par sa parole, persuasive et par l’exemple incitatif, il a explicité avec une rare réussite, la doctrine du travail rédempteur professé par son illustre père. En multipliant les daaras, il a contribué à accentuer l’orientation de la communauté vers l’étude, la recherche de la connaissance.

Incontestablement, Baye Lahad comme on l’appelle affectueusement a laissé une empreinte indélébile dans la ville de Touba, tout comme dans le cœur des mourides. A sa disparition, le 19 juin 1989, il a laissé une cité en plein essor et une communauté résolument soudée, mobilisée autour de l’adoration de DIEU et du travail sanctifiant.

Actualités

Guédiawaye : Ahmed Aïdara retire à GFC son stade, Lat Diop annonce une plainte

Publié il y'a

Date :

Dans une correspondance adressée à Lat Diop, président de GFC et responsable local de Benno, le maire Yewwi de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, annonce la suspension «pour un temps» de la convention dans le cadre duquel la mairie met à la disposition du club le stade Ibrahima Boye. Celle-ci a été signée sous le magistère de son prédécesseur, Aliou Sall.

D’après Les Echos, Ahmed Aïdara a invoqué «un déficit budgétaire criard». Ainsi, renseigne le journal, GFC a jusqu’au 1er octobre prochain à 18 heures pour vider les lieux. L’édile de Guédiawaye offre cependant la possibilité de renouveler la convention «dans d’autres circonstances particulières qui seront définies d’accord parties».

Les Echos rapporte que Lat Diop ne l’entend pas de cette oreille. «Il veut nous retirer le stade que Aliou Sall avait mis à notre disposition sur la base d’une convention de quatre ans, en contrepartie de l’appui financier que la ville devait octroyer à GFC. Il ne sait même pas qu’il ne peut dénoncer une convention de façon unilatérale», souligne le président du club de football.

Ce dernier informe que les avocats de GFC vont saisir la justice et que le Comité exécutif du club va se réunir ce mercredi avant de faire face à la presse demain, jeudi.

Continuez la lecture

Actualités

Lenteurs au Port autonome de Dakar: Le Dg Aboubacar Sadikh Bèye explique

Publié il y'a

Date :

Les lenteurs au niveau du Port autonome de Dakar ont été décriées pendant la réunion présidentielle sur la cherté de la vie.  Mais pour le directeur général de cette structure,  cela s’explique  par une situation conjoncturelle. En effet Aboubacar Sadikh Beye a expliqué l’indisponibilité de certains quais entrave  l’offre portuaire. Sur 23 postes, les huits sont immobilisés. Par exemple, au mole 1,  deux postes sont au service du pétrole et du gaz pour la plateforme Tortue et Sangomar. Le bateau hôpital occupe aussi un poste au Port autonome de Dakar. Deux autres postes sont mobilisés pour être modernisés et seront récupérés en octobre.

  Le directeur général du Port d’ajoute que ces lenteurs s’expliquent aussi par un atre facteur lié à la forte portuaire. « En juillet on a fait 104% en importation. La congestion terrestre est réglée parce que les camions sortent très tôt du Port  alors qu’ils pouvait y faire plus de 4 jours ».  S’agissant de la manutention, un bateau de 40 000 tonnes reste à  quai pendant 20 jours parce que les manutentionnaires font 2000 tonnes par jour. « La manutention se fait encore comme il y a 40 ans. Il faut une modernisation. Il ajoute que les concessionnaires et les lignes maritimes sont aussi dans le Port et occupent de grandes surfaces », conclut-il.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte contre le trafic illicite à Thiès : Une contrevaleur de 437 millions FCfa de produits prohibés incinérés

Publié il y'a

Date :


La Douane de Thiès a procédé à l’incinération de produits prohibés d’une contrevaleur de 437 millions de francs CFA.

Les produits prohibés saisis en 2021, dans le cadre des opérations de « bouclage » des couloirs et réseaux de trafic illicite, sont composés de faux médicaments vétérinaires d’une contrevaleur de 175 259 382 francs CFA ; de 3529 kg de chanvre indien pour une contrevaleur de 236 940 000 francs CFA ; de sachets en plastique pour une contrevaleur de 25 000 000 francs CFA.

L’adjointe au Gouverneur de Thiès, Mme Tening Faye Ba, a supervisé la cérémonie d’incinération en présence des représentants des autres Forces de Défense et de Sécurité, du corps médical et des services en charge de l’environnement.

Le Lieutenant-Colonel Amadou Lamine Sarr, Chef du Groupement polyvalent de Recherche et de répression de la fraude a rappelé la dangerosité des produits incinérés sur la santé de la population.

Il a affirmé une fois de plus l’engagement de son unité à combattre farouchement le trafic illicite sur toutes ses formes conformément aux directives de la Direction générale des Douanes, le DG en particulier. 

L’Adjointe au Gouverneur, Tening Faye Ba, a ensuite, invité les populations, celles du littoral plus précisément, à une collaboration plus étroite avec les forces de défense et de sécurité. 

Continuez la lecture

Articles tendances