Connect with us

UNE

Scandale Pétrolier : Macky Sall répond à Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye et Thierno Alassane Sall

Publié il y'a

Date :

Le président Macky Sall se prononce sur le scandale pétrolier éclaboussant son petit frère, Aliou Sall, suite à l’enquête de BBC. Laquelle a conduit à la création du collectif citoyen ’’Aar Li nu bokk’’, exigeant une meilleure gestion de nos ressources naturelles.

Il dit : « J’ai toujours tenu à ce que les négociations des contrats avec nos partenaires-investisseurs que le gouvernement entreprend soit assisté d’avocats et juristes spécialisés de ces contrats complexes. Je suis trop conscient de l’importance de ces actes qui engagent le présent et l’avenir de notre nation pour laisser le moindre hasard porter atteinte à ces intérêts vitaux.

Ce n’est pas seulement une question de patriotisme que chaque citoyen peut réclamer à juste titre mais c’est aussi pour moi une obligation unique en tant que responsable suprême de l’Etat du Sénégal. C’est dire combien me tient à cœur la protection de l’intérêt de notre pays dans l’exploitation future de cette ressource. Ma volonté, non pas, par la parole mais à travers des actes déjà posés et d’autres à venir, est de mettre notre pays à l’abri de convulsions symptomatiques de l’exploitation du pétrole et du gaz dans certains pays développés ou en développement. J’ai pris toutes ces précautions parce que je veux un Sénégal prospère dans la paix et la sécurité. Je veux un Sénégal prospère dans la stabilité et la cohésion nationale. Je veux un Sénégal prospère où les droits de l’investisseur sont respectés, ce pays ne sera pas un no man’s land, les droits des investisseurs seront respectés tout comme ceux nationaux seront préservés. Ce projet est pour assurer cet équilibre permanent. Je veux un Sénégal prospère où les ressources naturelles propriétés du peuple en vertu de la Constitution, profitent à toutes les composantes de la nation. Je veux un Sénégal pour tous. »

Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko et Thierno Alassane Sall prétentieux ?

Le chef de l’Etat préside à l’instant l’atelier sur la mise en œuvre de la loi sur le contenu local. Une occasion qu’il a saisie pour « rappeler que le secteur du pétrole et du gaz est l’un des plus complexes au monde. En abordant tout ce qui a trait à l’exploration, au développement, à l’exploitation et à la gestion des ressources pétrolières et gazières, le bon sens requiert la prudence et la décence et commande de faire preuve d’humilité. Soyons réaliste, il n’y a pas un spécialiste qui peut dans ce domaine de façon sérieuse et honnête réclamer la maîtrise de toute la chaîne de valeurs et des corps de métiers émanant de ce secteur si stratégique. Ce serait de la pure prétention. »

Poursuivant, il ajoute qu’à « titre personnel, bien qu’étant ingénieur géologue de profession, ayant exercé dans le métier à Petrosen pendant une dizaine d’années et ministre du secteur, je ne connais qu’un bout de cette longue et complexe chaîne aux ramifications multiples. »

En outre, souligne-t-il : « Le Code pétrolier de 2019 renforce la participation de l’Etat dans le partage de la production en lui donnant le plein droit l’option d’accroître jusqu’à 30% cette part » dans la production.

Par ailleurs, le chef de l’Etat invite le ministre du Pétrole et des Energies, Mouhamadou Makhtar Cissé, à prendre langue avec la société civile et l’opposition dans le cadre du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-petrogaz), organe de pilotage chargé d’assister et de conseiller le président de la République et le gouvernement dans la définition de suivi et l’évaluation de la mise en œuvre des stratégies et politiques publiques en matière de gestion de ressources pétrolières et gazières. « J’invite le ministre en charge du pétrole et des Energies d’étudier avec ces entités la désignation de leurs représentants désormais dans le Cos-petrogaz », déclare-t-il devant le ministre en question.

Le secteur privé national est, lui, invité à « travailler avec celui étranger dans un partenariat gagnant-gagnant ». Car, au terme de la concertation d’aujourd’hui et avec les conclusions issues de cette journée, le chef de l’Etat prendra « sans délai les décrets d’application de la loi portant contenu local ». Laquelle vise « d’impacter positivement l’économie nationale »

Source – Emedia

Actualités

Ralliement à Benno : Pape Diop,«il n’y a pas d’alliance. Je suis clair. J’ai décidé après mûre réflexion»

Publié il y'a

Date :

Entre l’annonce de son ralliement aux 82 députés de Benno Bokk Yakaar, jeudi 11 août, et dimanche dernier, le député élu Pape Diop (Bokk Gis Gis), a reçu deux coups de fil du Président Macky Sall. C’est l’intéressé qui l’annonce dans un entretien paru ce mardi dans L’Observateur.

«Il m’a appelé deux heures après ma décision de soutenir la coalition Benno, confie Pape Diop au sujet du premier échange téléphonique avec le chef de l’Etat. Il m’a félicité et encouragé, et a dit : ‘Vous avez sauvé le Sénégal’. C’est ça qui est important. Quelles que soient les gesticulations ou la clameur populaire, je peux faire face.»

Le deuxième appel a eu lieu dimanche dernier. «Le Président Macky Sall m’a appelé pour me dire qu’à son retour de Bamako (Mali), il me recevra pour discuter», révèle le président de Bokk Gis Gis.

A la question de L’Observateur : «Les discussions tourneront-elles autour d’une alliance ?», Pape Diop botte en touche : «Non, il n’y a pas d’alliance. Je suis clair. J’ai décidé après mûre réflexion de soutenir le groupe parlementaire (Benno) pour que demain, le Sénégal puisse continuer à fonctionner normalement. Le reste n’est que gesticulation.»

Continuez la lecture

Actualités

Fisc contre Nestlé : la véritable cause du contentieux

Publié il y'a

Date :

La Direction des grandes entreprises de la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID) avait gelé les comptes de Nestlé SA (Société anonyme, Suisse) en visant 2,4 milliards de francs CFA. Elle considérait que c’est le montant correspondant aux droits d’enregistrement dus à la suite de la cession, par Nestlé Sa, des actions de Nestlé Sénégal Sau à la société Produits Nestlé Sa.

Le 27 mai dernier, la justice avait fixé la somme à 1 milliard 993 millions 344 francs CFA, mais Nestlé ne l’entend pas de cette oreille. La multinationale a saisi le tribunal des référés pour contester cette décision. Le 7 juillet dernier, le tribunal s’est prononcé.

D’après Libération, qui donne l’information dans son édition de ce jeudi, le juge a d’abord tranché sur la forme. Il a déclaré irrecevable l’action de Nestlé Sa dirigée contre l’Etat du Sénégal, tant que celui-ci est représenté par l’Agent judiciaire de l’Etat, et recevable tant que l’Etat est représenté par la directeur général des Impôts et Domaines.

Sur le fond, le tribunal a préféré recourir à une expertise comptable et fiscale avant de rendre son verdict. C’est ainsi qu’un cabinet a été désigné pour dire si les droits réclamés par le Fisc sénégalais à Nestlé Sa sont dus, et pour quel montant.

Selon Libération, l’expert dispose de deux mois pour déposer son rapport.

Continuez la lecture

Actualités

Alioune Ndoye, tête de liste départementale de Bby : «ne faites pas l’erreur de voter pour quelqu’un qui est sur une liste où la paix n’est pas une priorité»

Publié il y'a

Date :

La campagne se poursuit chez la coalition Benno Bokk Yakaar et les colistiers de leur liste départementale ne sont pas à court d’idées pour continuer à séduire les électeurs. D’ailleurs, Alioune Ndoye était, hier, aux Parcelles Assainies, aux côtés de son camarade Amadou Ba, pour rendre visite aux délégués de quartiers, Badiene Gox et autres Imams et Oulémas. Cette visite, à laquelle a pris part la Première dame, Marième Fall Sall, Mbaye Ndiaye, Abdou Karim Fofana, entre autres, aura connu un véritable succès d’autant que, tour à tour, ces personnalités politiques ont réussi à faire passer leur message.

La tête de liste départementale de ladite coalition, Alioune Ndoye, par ailleurs ministre de la Pêche et de l’économie maritime, confiera qu’il faut à BBY «une victoire éclatante aux Parcelles Assainies, telle la volonté du Président de la République, dans la paix et la sérénité».

Aux Parcellois, il réitère : «Nous vous invitons à œuvrer dans la paix. Ne faites rien qui soit contraire à cette valeur. Lorsque des politiciens vous appellent à la destruction et à la violence, refusez catégoriquement !».

Car, pour Alioune Ndoye, s’adressant à ses adversaires de l’opposition, «le premier ennemi du pays est celui qui veut y instaurer la violence». Se voulant plus explicite, la tête de liste départementale de BBY de dire : «Il y a des gens qui passent leur temps à insulter et dire des contre-vérités sur des gens dignes qui ont grandi en faisant leurs études dans ce pays. Ils sont accompagnés pour la plupart du temps par des jeunes qui ont refusé de faire des études, qui ne veulent pas travailler. Ils ont comme arme le mensonge et la

Continuez la lecture

Articles tendances