Connect with us

Actualités

Révélations sur la libération de Khalifa Ababacar Sall

Publié il y'a

Date :

Sorti de prison dimanche dernier seulement, Khalifa Ababacar Sall aurait en réalité dû recouvrer la liberté depuis le mois de juillet. Un drame national en a décidé autrement, malheureusement. N’eut été le décès du secrétaire général du Parti Socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, en effet, l’ex-maire de Dakar aurait pu embrasser sa vieille mère il y a deux mois, en tout cas bien avant la Tabaski…

C’est au lendemain de la victoire du Sénégal contre la Tunisie en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations de football disputée en Egypte que le président de la République fait part à des collaborateurs triés sur le volet de sa décision de faire libérer celui qui était alors le prisonnier le plus célèbre du Sénégal. Pour respecter, dit-il, la dignité de Khalifa Sall, il ne voulait pas que ce dernier soit gracié en même temps que la fournée de détenus devant être élargis, comme c’est de tradition chaque année, à la veille de la Tabaski. Il demande donc que soit préparé le décret de libération de Khalifa Sall et de ses codétenus Mbaye Touré et Yaya Bodian. 

Avait-il senti de son côté qu’il y avait un bon coup à tenter avant la Tabaski ? Toujours est-il que l’avocat Me Khassimou Touré, qui souffrait sincèrement de l’emprisonnement de son demi-frère Mbaye Touré, ancien Directeur administratif et financier (Daf) de la ville de Dakar, décide, sur son initiative personnelle, d’écrire au président de la République pour solliciter une grâce non seulement en faveur de son frangin mais aussi de ses co- détenus Khalifa Sall et Yaya Bodian. 

Le rôle de Me Khassimou Touré 

Le très réseauté Me Khassimou Touré a-t-il été tuyauté ? Toujours est-il que sa lettre rédigée le 19 juillet, c’est-à-dire le jour de la finale perdue par les « Lions » contre les « Fennecs », offre au président de la République le prétexte rêvé pour libérer des détenus devenus très encombrants à la suite de sa victoire à la Présidentielle de février dernier. Le décret de grâce de Khalifa est donc préparé et même, paraît-il, signé par le président de la République. Tout de même, histoire de ne pas donner l’impression de trahir ses alliés du Parti Socialiste (PS), Macky Sall tient à informer Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam, dirigeants de cette formation mais qui sont aussi ses ministres — qu’il recevait au lendemain du décès de Ousmane Tanor Dieng — de son intention de libérer Khalifa Sall. 

C’est alors que survient une chose à laquelle il ne s’attendait pas : ses interlocuteurs lui font savoir qu’une libération intervenant à ce moment-là, en pleines obsèques du secrétaire général de leur Parti, n’allait pas leur faciliter la tâche dans la préparation de sa succession. Sensible à cette requête, le président de la République décide de surseoir à la libération de Khalifa Sall et compagnie. Quelques jours après le dépôt de la lettre de demande de grâce en faveur de l’ancien maire et de ses codétenus, ayant eu vent de ce qui se tramait, le journal Le Témoin appelle Me Khassimou Touré pour recouper l’information. Il confirme à nos confrères en leur priant de ne pas la divulguer avant la libération effective de Khalifa. « Grand, vous êtes deux dans la confidence, Babacar Touré et toi », précise-t-il au journaliste Mamadou Oumar Ndiaye. On était début août. 

Le jour de la Tabaski, c’est Khassim qui m’appelle. Il est dans tous ses états. « Mais Grand, la liste des bénéficiaires de la grâce est sortie et mon frère ne figure pas parmi les heureux bénéficiaires. Qu’est-ce qui se passe ? » Le Dirpub du journal Le Témoin lui répond en substance qu’il n’est pas dans le secret des dieux mais que, de toutes façons, Khalifa et autres ne pouvaient à l’évidence pas être mis dans le lot des personnes libérées la veille. 

Depuis juillet dernier, le président de la République attendait le bon moment pour matérialiser sa volonté. L’ère de grâce et d’enchantement qui a soufflé sur le pays au lendemain de sa réconciliation historique avec son prédécesseur et père spirituel, Me Abdoulaye Wade, à l’occasion de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Djinane, a constitué ce moment-là. Le souffle merveilleux de Massalikoul Djinane n’a pas fini de nous sublimer de sa grâce, assurément. Akassa !  

Le Témoin

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Guédiawaye : Ahmed Aïdara retire à GFC son stade, Lat Diop annonce une plainte

Publié il y'a

Date :

Dans une correspondance adressée à Lat Diop, président de GFC et responsable local de Benno, le maire Yewwi de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, annonce la suspension «pour un temps» de la convention dans le cadre duquel la mairie met à la disposition du club le stade Ibrahima Boye. Celle-ci a été signée sous le magistère de son prédécesseur, Aliou Sall.

D’après Les Echos, Ahmed Aïdara a invoqué «un déficit budgétaire criard». Ainsi, renseigne le journal, GFC a jusqu’au 1er octobre prochain à 18 heures pour vider les lieux. L’édile de Guédiawaye offre cependant la possibilité de renouveler la convention «dans d’autres circonstances particulières qui seront définies d’accord parties».

Les Echos rapporte que Lat Diop ne l’entend pas de cette oreille. «Il veut nous retirer le stade que Aliou Sall avait mis à notre disposition sur la base d’une convention de quatre ans, en contrepartie de l’appui financier que la ville devait octroyer à GFC. Il ne sait même pas qu’il ne peut dénoncer une convention de façon unilatérale», souligne le président du club de football.

Ce dernier informe que les avocats de GFC vont saisir la justice et que le Comité exécutif du club va se réunir ce mercredi avant de faire face à la presse demain, jeudi.

Continuez la lecture

Actualités

Lenteurs au Port autonome de Dakar: Le Dg Aboubacar Sadikh Bèye explique

Publié il y'a

Date :

Les lenteurs au niveau du Port autonome de Dakar ont été décriées pendant la réunion présidentielle sur la cherté de la vie.  Mais pour le directeur général de cette structure,  cela s’explique  par une situation conjoncturelle. En effet Aboubacar Sadikh Beye a expliqué l’indisponibilité de certains quais entrave  l’offre portuaire. Sur 23 postes, les huits sont immobilisés. Par exemple, au mole 1,  deux postes sont au service du pétrole et du gaz pour la plateforme Tortue et Sangomar. Le bateau hôpital occupe aussi un poste au Port autonome de Dakar. Deux autres postes sont mobilisés pour être modernisés et seront récupérés en octobre.

  Le directeur général du Port d’ajoute que ces lenteurs s’expliquent aussi par un atre facteur lié à la forte portuaire. « En juillet on a fait 104% en importation. La congestion terrestre est réglée parce que les camions sortent très tôt du Port  alors qu’ils pouvait y faire plus de 4 jours ».  S’agissant de la manutention, un bateau de 40 000 tonnes reste à  quai pendant 20 jours parce que les manutentionnaires font 2000 tonnes par jour. « La manutention se fait encore comme il y a 40 ans. Il faut une modernisation. Il ajoute que les concessionnaires et les lignes maritimes sont aussi dans le Port et occupent de grandes surfaces », conclut-il.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte contre le trafic illicite à Thiès : Une contrevaleur de 437 millions FCfa de produits prohibés incinérés

Publié il y'a

Date :


La Douane de Thiès a procédé à l’incinération de produits prohibés d’une contrevaleur de 437 millions de francs CFA.

Les produits prohibés saisis en 2021, dans le cadre des opérations de « bouclage » des couloirs et réseaux de trafic illicite, sont composés de faux médicaments vétérinaires d’une contrevaleur de 175 259 382 francs CFA ; de 3529 kg de chanvre indien pour une contrevaleur de 236 940 000 francs CFA ; de sachets en plastique pour une contrevaleur de 25 000 000 francs CFA.

L’adjointe au Gouverneur de Thiès, Mme Tening Faye Ba, a supervisé la cérémonie d’incinération en présence des représentants des autres Forces de Défense et de Sécurité, du corps médical et des services en charge de l’environnement.

Le Lieutenant-Colonel Amadou Lamine Sarr, Chef du Groupement polyvalent de Recherche et de répression de la fraude a rappelé la dangerosité des produits incinérés sur la santé de la population.

Il a affirmé une fois de plus l’engagement de son unité à combattre farouchement le trafic illicite sur toutes ses formes conformément aux directives de la Direction générale des Douanes, le DG en particulier. 

L’Adjointe au Gouverneur, Tening Faye Ba, a ensuite, invité les populations, celles du littoral plus précisément, à une collaboration plus étroite avec les forces de défense et de sécurité. 

Continuez la lecture

Articles tendances