Connect with us

Actualités

Navigation sur le fleuve Sénégal Un projet en passe de devenir une réalité

Publié il y'a

Date :

Le Haut-commissaire de l’Omvs, Hamed Diané Séméga (ressortissant malien),  accompagné d’une forte délégation de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), conduite par la Présidente, Directrice Générale, Mme Elisabeth Ayrault, s’est retrouvé, ce matin, à bord du bateau « Bou El Mogdad », pour une navigation sur le fleuve Sénégal, qui leur a permis de rallier le barrage de Diama, à partir du quai d’accostage de ce bateau, situé au Nord de l’île de Saint-Louis. Cette délégation avait à ses côtés, les directeurs Généraux des sociétés de gestion et d’exploitation des différents barrages et autres ouvrages de l’Omvs (Soged, Sogem, Sogenav, Semaf, Sogeoh).

 Cette balade sur le fleuve Sénégal, marquée par un déjeuner-croisière sur le bateau Bou El Mogdad, a été organisée dans le cadre d’une journée d’échanges sur le projet de navigation sur le fleuve Sénégal. La cérémonie d’ouverture de cette journée, s’est déroulée dans les locaux du centre de documentation et d’archives de l’Omvs, situé à Ndar Toute, à quelques encablures du stade de basket « Joseph Gaye ». Les participants ont eu droit à un Focus hydroélectricité autour des projets de la Sogem, de la Semaf et de la Sogeoh, et ont assisté à la signature d’un accord entre la Sogem (Société de gestion du barrage de Manantali) et la CNR, pour une structuration d’une ingénierie intégrée et d’un développement de capacité. Cette journée d’échanges a été marquée également par un Focus sur le projet de navigation de la Sogenav et de son avancement, sur l’appui de la CNR,  la collaboration avec l’IAGF et un point de presse.

Le Haut-Commissaire de l’Omvs, Hamed Diané Séméga, a saisi cette occasion pour réitérer l’engagement indéfectible des quatre chefs d’Etat membres de l’Omvs à poursuivre leur collaboration en vue d’une réalisation de ce projet de navigation dans les plus brefs délais. Il a laissé entendre que l’objectif majeur de ce projet tourne essentiellement autour de la nécessité de faire en sorte que le fleuve Sénégal soit navigable toute l’année et en toute saison et de manière pérenne, en améliorant la maîtrise des cours d’eau. Car, a-t-il précisé, il faut que l’Omvs puisse retrouver sa dimension de développement intégral du bassin. Là, il a fait allusion à l’utilisation des eaux du fleuve pour l’agriculture irriguée, « afin d’assurer la sécurité alimentaire et la production de l’hydro-électricité, à la nécessité de valoriser l’écosystème magnifique autour du fleuve, en vue de développer le tourisme. Plus explicite, il s’est appesanti sur l’urgence et la nécessité de réaliser des infrastructures portuaires modernes, insistant longuement sur les enjeux et les perspectives du port fluviomaritime de Saint-Louis, doté d’un port de commerce et de pêche, avec un terminus fluvial à Ambidedi (Mali), « un grand pas sera franchi ».

Il n’a pas manqué de rappeler que la navigation sur le fleuve Sénégal est en marche. En effet, avec l’energie et l’Agriculture irriguée, la navigation est un des axes majeurs du programme de développement de l’Omvs. Le projet vise à restaurer la vocation de transport fluvial du fleuve, en restaurant une navigation pérenne, de Saint-Louis du Sénégal à Ambidédi, au Mali, soit une distance de 905 kms.

Ce faisant, a-t-il précisé, le projet devra favoriser le décollage économique du bassin et la valorisation de ses ressources naturelles, notamment en améliorant les conditions d’accès des régions enclavées du bassin aux marchés extérieurs. Il va aussi permettre l’intégration sous régionale des pays riverains ainsi que le développement du commerce intra-zone du bassin et celui international des Etats-membres. Pilotée par une des sociétés de l’Omvs, la Sogenav, la navigation sur le fleuve Sénégal est aujourd’hui sur le chemin critique. Cette journée d’information qui lui est dédiée, a vu la participation de cette forte délégation de la CNR qui, dans le cadre de sa visite de travail auprès de l’Omvs, a pu visiter des aménagements de l’Omvs (dont le barrage de Diama) et faire le point des projets en cours et du partenariat entre l’Omvs et la CNR. 

L’Omvs est une organisation intergouvernementale de développement créée le 11 mars 1972 à Nouackchott par le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Son siège se trouve à Dakar. Ses objectifs majeurs consistent à réaliser l’autosuffisance alimentaire pour les populations du bassin et, partant, de la sous-région, à sécuriser et améliorer les revenus des populations de la vallée, à préserver l’équilibre des écosystèmes dans la sous-région et plus particulièrement, dans le bassin, à réduire la vulnérabilité des économies des Etats-membres de l’Organisation face aux aléas climatiques, ainsi qu’aux facteurs externes, à accélérer le développement économique des Etats-membres.

Ainsi, a rappelé le Haut Commissaire, le Programme d’Infrastructure Régionale a permis la réalisation et l’exploitation des ouvrages Diama, Félou (60 MW) et Manantali (200 MW), qui assurent le stockage de 11 Milliards de mètres-cube d’eau, la production de 800 GW/h/an d’énergie hydroélectrique, et d’un réseau interconnecté de 1500 kms de lignes de transport de fibre optique. Les productibles des deux ouvrages hydroélectriques sont livrés aux sociétés nationales d’électricité du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal. C’est la Société de gestion de l’énergie de Manantali (Sogem), créée en janvier 1997 par les Etats-membres, qui est chargée de la gestion de ces deux ouvrages. Il a aussi précisé que la Soged a une mission qui s’articule autour de l’exploitation, de l’entretien et du renouvellement des ouvrages communs que sont : le barrage de Diama, l’ouvrage de prise de l’AFTOUT ES SAHEL et les endiguements du fleuve. La Sogem est chargée de l’exploitation, de l’entretien et du renouvellement des ouvrages communs destinés à la production et au transport de l’énergie électrique, à savoir : le barrage de Manantali, la centrale hydro-électrique, le centre de commande, les lignes de transport, les postes. La Sogeoh est la société de gestion de l’énergie des ouvrages du Haut-Bassin guinéen, chargée de valoriser le potentiel du Haut bassin du fleuve Sénégal, situé en République de Guinée. La Sogenav est chargée de gérer et d’admininistrer les activités de navigation sur le fleuve Sénégal, de l’entretien et du renouvellement des ouvrages communs créés dans ce cadre. Elle a été créée par une convention en 2011 signée par les 4 chefs d’Etat de l’Omvs et adoptée par la résolution du 9 juin 2011. Cette convention est aujourd’hui ratifiée par les 4 chefs d’Etats et de Gouvernement de l’Omvs (Guinée-Conakry, Mali, Mauritanie et Sénégal).

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Guédiawaye : Ahmed Aïdara retire à GFC son stade, Lat Diop annonce une plainte

Publié il y'a

Date :

Dans une correspondance adressée à Lat Diop, président de GFC et responsable local de Benno, le maire Yewwi de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, annonce la suspension «pour un temps» de la convention dans le cadre duquel la mairie met à la disposition du club le stade Ibrahima Boye. Celle-ci a été signée sous le magistère de son prédécesseur, Aliou Sall.

D’après Les Echos, Ahmed Aïdara a invoqué «un déficit budgétaire criard». Ainsi, renseigne le journal, GFC a jusqu’au 1er octobre prochain à 18 heures pour vider les lieux. L’édile de Guédiawaye offre cependant la possibilité de renouveler la convention «dans d’autres circonstances particulières qui seront définies d’accord parties».

Les Echos rapporte que Lat Diop ne l’entend pas de cette oreille. «Il veut nous retirer le stade que Aliou Sall avait mis à notre disposition sur la base d’une convention de quatre ans, en contrepartie de l’appui financier que la ville devait octroyer à GFC. Il ne sait même pas qu’il ne peut dénoncer une convention de façon unilatérale», souligne le président du club de football.

Ce dernier informe que les avocats de GFC vont saisir la justice et que le Comité exécutif du club va se réunir ce mercredi avant de faire face à la presse demain, jeudi.

Continuez la lecture

Actualités

Lenteurs au Port autonome de Dakar: Le Dg Aboubacar Sadikh Bèye explique

Publié il y'a

Date :

Les lenteurs au niveau du Port autonome de Dakar ont été décriées pendant la réunion présidentielle sur la cherté de la vie.  Mais pour le directeur général de cette structure,  cela s’explique  par une situation conjoncturelle. En effet Aboubacar Sadikh Beye a expliqué l’indisponibilité de certains quais entrave  l’offre portuaire. Sur 23 postes, les huits sont immobilisés. Par exemple, au mole 1,  deux postes sont au service du pétrole et du gaz pour la plateforme Tortue et Sangomar. Le bateau hôpital occupe aussi un poste au Port autonome de Dakar. Deux autres postes sont mobilisés pour être modernisés et seront récupérés en octobre.

  Le directeur général du Port d’ajoute que ces lenteurs s’expliquent aussi par un atre facteur lié à la forte portuaire. « En juillet on a fait 104% en importation. La congestion terrestre est réglée parce que les camions sortent très tôt du Port  alors qu’ils pouvait y faire plus de 4 jours ».  S’agissant de la manutention, un bateau de 40 000 tonnes reste à  quai pendant 20 jours parce que les manutentionnaires font 2000 tonnes par jour. « La manutention se fait encore comme il y a 40 ans. Il faut une modernisation. Il ajoute que les concessionnaires et les lignes maritimes sont aussi dans le Port et occupent de grandes surfaces », conclut-il.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte contre le trafic illicite à Thiès : Une contrevaleur de 437 millions FCfa de produits prohibés incinérés

Publié il y'a

Date :


La Douane de Thiès a procédé à l’incinération de produits prohibés d’une contrevaleur de 437 millions de francs CFA.

Les produits prohibés saisis en 2021, dans le cadre des opérations de « bouclage » des couloirs et réseaux de trafic illicite, sont composés de faux médicaments vétérinaires d’une contrevaleur de 175 259 382 francs CFA ; de 3529 kg de chanvre indien pour une contrevaleur de 236 940 000 francs CFA ; de sachets en plastique pour une contrevaleur de 25 000 000 francs CFA.

L’adjointe au Gouverneur de Thiès, Mme Tening Faye Ba, a supervisé la cérémonie d’incinération en présence des représentants des autres Forces de Défense et de Sécurité, du corps médical et des services en charge de l’environnement.

Le Lieutenant-Colonel Amadou Lamine Sarr, Chef du Groupement polyvalent de Recherche et de répression de la fraude a rappelé la dangerosité des produits incinérés sur la santé de la population.

Il a affirmé une fois de plus l’engagement de son unité à combattre farouchement le trafic illicite sur toutes ses formes conformément aux directives de la Direction générale des Douanes, le DG en particulier. 

L’Adjointe au Gouverneur, Tening Faye Ba, a ensuite, invité les populations, celles du littoral plus précisément, à une collaboration plus étroite avec les forces de défense et de sécurité. 

Continuez la lecture

Articles tendances