Connect with us

UNE

MISE EN SERVICE DU CENTRE D’ENREGISTREMENT DES PERMIS DE CONDUIRE BIOMÉTRIQUES

Publié il y'a

Date :

 

Le Directeur des transports routiers, Cheikh Omar Guèye, a procédé lundi à Dakar à la mise en service officiel du Centre d’enregistrement des permis de conduire biométriques, a constaté un reporter de l’APS.

 

Ce centre d’enregistrement des demandes d’établissement des nouveaux permis de conduire a été notamment lancé au cours d’une cérémonie organisée au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES) qui l’abrite.

 

‘’Le Président de la République a officiellement lancé en août dernier la phase pilote de cette initiative. Nous avons jugé nécessaire de commencer dès aujourd’hui le début du service’’, a expliqué le Directeur des transports routiers lors de la cérémonie.

 

‘’Quelque 200 permis de conduire en version biométrique ont été établis dans la cadre de la phase pilote. Cela nous a permis effectivement de tester toute la procédure en termes de délais d’exécution et de temps d’enrôlement’’, a fait valoir Cheikh Omar Guèye.

 

Ce document de transport à caractère biométrique permet de sécuriser l’usager et le système contre la fraude constaté dans l’établissement de ce document, a-t-il assuré.

 

Selon, lui, l’innovation réside dans le format de la carte et l’identification et inscription du groupe sanguin de son détenteur. ‘’Nous avons introduit le groupe sanguin sur la carte pour permettre effectivement de mieux gérer l’aspect prise en charge des accidentés de la route en termes de secours’’, a-t-il fait savoir.

 

  1. Guèye a ajouté : ‘’Dans cette carte, nous avons une puce électronique qui n’est pas apparente. Elle renferme beaucoup d’applications permettant une meilleure gestion des amendes et infractions tout en aidant les forces de sécurité à travers des imprimantes mobiles d’attester les infractions’’.

 

‘’Cette carte biométrique est la dernière génération de cartes en terme de gouvernance dans le monde. Toutes les infractions qui sont listées dans le code de la route sont retranscrites dans la puce de cette carte et elle permet aussi de faciliter le contrôle mais aussi l’impression des quittances en cas d’infraction’’, a-t-il fait remarquer.

 

Le demandeur de ce nouveau document doit fournir une son permis de conduire en cours de validité, une copie se carte nationale d’identité et une attestation ou carte de groupe sanguin en plus d’une somme de 10 000 francs (de timbre fiscal), a rappelé le Directeur des transports routiers qui indique par ailleurs que l’établissement de ce nouveau document peut se faire 48 heures après l’enrôlement.

 

La durée de validité de ce nouveau permis de conduire pour les personnes âgées de moins de 45 ans est de dix. Elle est de cinq ans pour les usagers de plus de 45 ans, a-t-on appris lors de la manifestation.

Le lancement des permis de conduire biométriques entre dans le cadre de la modernisation de l’administration des transports routiers et de la gouvernance des titres de transports.
Cette initiative dénommée +Capp Karangë+ consiste notamment à une numérisation et une sécurisation des titres et autres documents de transport, selon la Direction des transports routiers

‘’L’opération Cap Karangué n’a pas couté d’argent à l’Etat du Sénégal. Notre partenaire le groupe a fait tous les investissements possibles à hauteur de plus de 10 milliards. C’est à partir de la contribution des usagers au payement de cette carte qu’il sera rémunéré’’, a affirmé Guèye.

Il rappelle qu’au bout de dix ans (durée de la concession) la structure cédera tout le matériel nécessaire à l’établissement de ce document de transport à l’Etat du Sénégal.

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Ralliement à Benno : Pape Diop,«il n’y a pas d’alliance. Je suis clair. J’ai décidé après mûre réflexion»

Publié il y'a

Date :

Entre l’annonce de son ralliement aux 82 députés de Benno Bokk Yakaar, jeudi 11 août, et dimanche dernier, le député élu Pape Diop (Bokk Gis Gis), a reçu deux coups de fil du Président Macky Sall. C’est l’intéressé qui l’annonce dans un entretien paru ce mardi dans L’Observateur.

«Il m’a appelé deux heures après ma décision de soutenir la coalition Benno, confie Pape Diop au sujet du premier échange téléphonique avec le chef de l’Etat. Il m’a félicité et encouragé, et a dit : ‘Vous avez sauvé le Sénégal’. C’est ça qui est important. Quelles que soient les gesticulations ou la clameur populaire, je peux faire face.»

Le deuxième appel a eu lieu dimanche dernier. «Le Président Macky Sall m’a appelé pour me dire qu’à son retour de Bamako (Mali), il me recevra pour discuter», révèle le président de Bokk Gis Gis.

A la question de L’Observateur : «Les discussions tourneront-elles autour d’une alliance ?», Pape Diop botte en touche : «Non, il n’y a pas d’alliance. Je suis clair. J’ai décidé après mûre réflexion de soutenir le groupe parlementaire (Benno) pour que demain, le Sénégal puisse continuer à fonctionner normalement. Le reste n’est que gesticulation.»

Continuez la lecture

Actualités

Fisc contre Nestlé : la véritable cause du contentieux

Publié il y'a

Date :

La Direction des grandes entreprises de la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID) avait gelé les comptes de Nestlé SA (Société anonyme, Suisse) en visant 2,4 milliards de francs CFA. Elle considérait que c’est le montant correspondant aux droits d’enregistrement dus à la suite de la cession, par Nestlé Sa, des actions de Nestlé Sénégal Sau à la société Produits Nestlé Sa.

Le 27 mai dernier, la justice avait fixé la somme à 1 milliard 993 millions 344 francs CFA, mais Nestlé ne l’entend pas de cette oreille. La multinationale a saisi le tribunal des référés pour contester cette décision. Le 7 juillet dernier, le tribunal s’est prononcé.

D’après Libération, qui donne l’information dans son édition de ce jeudi, le juge a d’abord tranché sur la forme. Il a déclaré irrecevable l’action de Nestlé Sa dirigée contre l’Etat du Sénégal, tant que celui-ci est représenté par l’Agent judiciaire de l’Etat, et recevable tant que l’Etat est représenté par la directeur général des Impôts et Domaines.

Sur le fond, le tribunal a préféré recourir à une expertise comptable et fiscale avant de rendre son verdict. C’est ainsi qu’un cabinet a été désigné pour dire si les droits réclamés par le Fisc sénégalais à Nestlé Sa sont dus, et pour quel montant.

Selon Libération, l’expert dispose de deux mois pour déposer son rapport.

Continuez la lecture

Actualités

Alioune Ndoye, tête de liste départementale de Bby : «ne faites pas l’erreur de voter pour quelqu’un qui est sur une liste où la paix n’est pas une priorité»

Publié il y'a

Date :

La campagne se poursuit chez la coalition Benno Bokk Yakaar et les colistiers de leur liste départementale ne sont pas à court d’idées pour continuer à séduire les électeurs. D’ailleurs, Alioune Ndoye était, hier, aux Parcelles Assainies, aux côtés de son camarade Amadou Ba, pour rendre visite aux délégués de quartiers, Badiene Gox et autres Imams et Oulémas. Cette visite, à laquelle a pris part la Première dame, Marième Fall Sall, Mbaye Ndiaye, Abdou Karim Fofana, entre autres, aura connu un véritable succès d’autant que, tour à tour, ces personnalités politiques ont réussi à faire passer leur message.

La tête de liste départementale de ladite coalition, Alioune Ndoye, par ailleurs ministre de la Pêche et de l’économie maritime, confiera qu’il faut à BBY «une victoire éclatante aux Parcelles Assainies, telle la volonté du Président de la République, dans la paix et la sérénité».

Aux Parcellois, il réitère : «Nous vous invitons à œuvrer dans la paix. Ne faites rien qui soit contraire à cette valeur. Lorsque des politiciens vous appellent à la destruction et à la violence, refusez catégoriquement !».

Car, pour Alioune Ndoye, s’adressant à ses adversaires de l’opposition, «le premier ennemi du pays est celui qui veut y instaurer la violence». Se voulant plus explicite, la tête de liste départementale de BBY de dire : «Il y a des gens qui passent leur temps à insulter et dire des contre-vérités sur des gens dignes qui ont grandi en faisant leurs études dans ce pays. Ils sont accompagnés pour la plupart du temps par des jeunes qui ont refusé de faire des études, qui ne veulent pas travailler. Ils ont comme arme le mensonge et la

Continuez la lecture

Articles tendances