Connect with us

SPORTS

Malang Diédhiou fier de siffler lors du mondial russe

Publié il y'a

Date :

L’arbitre sénégalais Malang Diédhiou retenu en même temps que ses assistants Djibril Camara et El Hadj Malick Samba pour officier durant la coupe du monde 2018, a dit toute sa « fierté » d’avoir atteint une telle compétition.

« Oui, je peux vous dire que c’est une grande fierté d’avoir réussi à atteindre cette compétition », a-t-il réagi dans un entretien téléphonique avec l’APS.

« Ma joie est d’autant plus grande que j’ai été choisi en même temps que les deux assistants Djibril Camara et El Hadj Malick Samba », a relevé l’arbitre international.

« Et je tiens particulièrement à remercier un homme, Badara Mamaya Sène » qui a eu « le flair de nous avoir réunis depuis 2014 », a-t-il dit.

« S’il faut reconnaître qu’il y avait de la crainte et de la pression, j’y ai toujours cru », a-t-il souligné.

Malang Diédhiou a rappelé que le processus de sélection a débuté tout juste après sa participation à la CAN 2015.

« C’était quand nous avons été choisis pour officier durant la coupe du monde des moins de 17 ans au Chili », a-t-il dit, se rappelant avoir officié lors du match Syrie-Nouvelle Zélande.

« Depuis ce jour, nous avons eu de bons retours après nos prestations et nous avons enchaîné les compétitions continentales, mondiales et les séminaires de la FIFA dans ce sens », a-t-il dit.

Après la demi-finale de la CAN 2017 (Gabon) où il a officié avec ses assistants lors de la demi-finale Burkina Faso-Egypte, Diédhiou qui avait été retenu pour les JO 2016, a été reconduit pour la Coupe du monde des moins de 20 ans en Corée du Sud.

« Après, nous avons enchaîné avec la Coupe des Confédérations en juin 2017, la Coupe du monde des clubs en décembre dernier », a-t-il rappelé, soulignant qu’à l’occasion de toutes ces compétitions, les critiques étaient positives.

« Donc, nous nous y attendions un peu même s’il y avait à côté cette petite crainte en raison des nombreux candidats à cette compétition, la plus grande dans le monde », a-t-il par ailleurs ajouté.

« Quand je commençais dans mon village à siffler à l’occasion des navétanes (championnat national populaire), je ne pouvais pas imaginer une telle issue », a-t-il retenu.

« Et je tiens à remercier un cousin, Alphousseyni Diémé qui m’a forcé à reprendre le sifflet après ma maîtrise », a-t-il insisté, rappelant avoir délaissé l’arbitrage pour se consacrer à ses études.

Titulaire d’une maîtrise en sciences économiques, Malang Diédhiou est breveté de l’ENA (Ecole nationale d’administration) et est actuellement officier des douanes sénégalaises.

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Yankhoba Diattara, ministre des Sports : « Nous accompagnerons la fédération de basket dans ses projets et chantiers »

Publié il y'a

Date :

Nommé ministre des Sports le 17 décembre dernier, Yankhoba Diattara a effectué sa première sortie lors de la finale la finale retour des play-offs du National 1 féminin de basket-ball entre le DUC à l’ASC Ville de Dakar. Le ministre des Sports se dit prêt à accompagner la Fédération sénégalaise de basket-ball (FSBB) dans ses projets.

Le nouveau ministre des Sports a présidé samedi la finale retour des play-offs du National 1 féminin de basket-ball, qui opposait le DUC à l’ASC Ville de Dakar. Une finale remportée par l’ASC Ville de Dakar devant le DUC (69-56).

Pour ce qui est de l’organisation des éliminatoires de la Coupe du monde masculine 2023 que la Fédération sénégalaise de basket-ball souhaite abriter au mois de février prochain, le ministre a tenu à rassurer.

« Je recevrai le président de la fédération et on en discutera. Tous les grands chantiers ouverts par mon prédécesseur et la Fédération seront poursuivis et renforcés. Que les gens soient rassurés,  mais nous avons nos ambitions sur la base des orientations du président de la République. Il sera à notre côté pour accompagner la fédération dans tous les grands projets africains et mondiaux » a confié le ministre des  Sports.

Dans la foulée, Yankhoba Diattara a fait part de ses ambitions à développer le sport sénégalais.

« Le basket fait partie des sports les plus engageants et passionnants. La jeunesse aime le basket et le sport d’une manière générale. Le football et le basket font partie des disciplines les plus aimées par la jeunesse sénégalaise. Cette mobilisation montre cet attachement des jeunes au basket. Ce que nous voyons prouve que le basket a de belles pages devant nous et des choses à nous raconter. Président Babacar Ndiaye, soyez rassuré de notre disponibilité dans tous vos chantiers. Je viens d’arriver mais je suis un passionné de basket. En 2006, j’ai accompagné, en tant que maire, l’US Rail qui a remporté deux trophées en une journée. Je suis un amoureux du basket et j’ai toujours accompagné le sport et les sportifs. Je suis un jeune Sénégalais et j’aime le sport », a-t-il assuré.

Continuez la lecture

Actualités

Mali : les joueurs encore en grève

Publié il y'a

Date :

La vie n’est décidément jamais un long fleuve tranquille pour la sélection du Mali. Après la victoire contre la Zambie (1-0) vendredi à Bamako en match amical et avant la deuxième confrontation contre cet adversaire lundi, voilà en effet que le problème des primes refait surface !

Dénonçant les engagements à ce sujet non tenus par les autorités sportives, les Aigles ont entamé une grève samedi et décidé de boycotter l’entraînement, révèle le journaliste Drissa Niono, généralement bien informé.

Dans ces conditions, la tenue du deuxième match face aux Chipolopolos se retrouve menacée. Un air de déjà-vu puisque ce cas de figure s’était déjà produit en novembre dernier. Pas le meilleur moyen de convaincre Alassane Pléa de rejoindre le nid des Aigles.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte : les fortes mesures prises par le CNG

Publié il y'a

Date :

Le Comité national de gestion de lutte (CNG) a rencontré les acteurs de la lutte jeudi, à l’Arène nationale, pour une discussion  autour des nouvelles mesures prises pour la saison 2022-2023.

Le CNG a pris de nouvelles mesures pour la saison 2022-2023. Le comité national de gestion de lutte a pris la décision de revoir à la baisse  le temps des combats.

 Pour les combats préliminaires, le temps passe de 25 à 15 minutes (2x5mn et éventuellement une prolongation de 5mn). Concernant les combats leaders, le temps passe de 40 à 25mn (2x10mn et une éventuelle prolongation de 5 mn).

Parlant des cagoulards, Bira Sène et Cie indiquent qu’ils seront non seulement obligatoirement identifiés mais ne pourront même plus accéder dans l’arène.

Plus d’entraîneurs sans formation

Le CNG avait retenu de désormais démarrer les combats à 16h00 et de siffler le combat-leader à 19h00. Mais, vu l’insistance des promoteurs qui ont demandé qu’on revoie ces deux dispositions, il n’est pas exclu que l’instance dirigeante de la lutte y apporte quelques petits réglages. Par exemple, un promoteur a proposé qu’on relève l’heure à 16h45. Et le CNG pourrait le leur concéder puisqu’il n’a pas été aussi flexible sur ces deux points.

D’autres points ont été soulignés par le CNG. C’est le cas du cumul des fonctions. Il ne devrait plus être autorisé à quelqu’un, dorénavant, d’être à la fois promoteur, manager, entre autres fonctions cumulables.

Le CNG s’est également prononcé sur la question des entraîneurs. Désormais, il faudra passer la formation au CNG pour pouvoir être reconnu comme entraîneur.

« Les entraineurs devront maintenant obligatoirement  se munir d’une serviette, d’une bouteille d’eau et d’une tenue de sport. Il faudra qu’on mette fin au cumul, parce qu’on ne peut pas avoir une licence de promoteur et une licence de manager. Quand on est manager, on reste manager », annonce le CNG  de lutte.

Continuez la lecture

Articles tendances