Connect with us

SOCIETE

Le ras-le-bol des Layènes et des résidents aux bords de la plage de Yoff, Diamalaye, Djily Mbaye

Publié il y'a

Date :

Les fils et petits-fils du khalife des layènes,associésau Collectif des habitants de la cité Bceao et Djily Mbaye, déplorent des abus de plus en plus flagrants sur la plage.

La situation a été tendue, par moments, entre résidents de Yoff. Certains exploitants du littoral se sont opposés aux jeunes layènes qui ont organisé une conférence de presse hier pour dénoncer les dérives sur cette partie du littoral où repose le fondateur de la confrérie religieuse, Seydina Limamou Laye. Le troisième fils de l’actuel khalife, qui était à la baguette, a dénoncé ‘‘la débauche des gens peu vertueux qui ont pris pour cible les foyers religieux pour les corrompre’’.

Pour Seydina Issa Diop Laye, la désacralisation de cette partie de la plage, combinée au laxisme de plus en plus prononcé des autorités, est en train de déborder. ‘‘Tout le village de Yoff ainsi que la cité Djily Mbaye déplorent ces pratiques dans cette partie de la plage qui est un site religieux. Les auberges, les bars, la drogue, les prostituées convergent ici. Quand les plaintes ont commencé à s’amonceler, on a cru bon devoir intervenir pour éviter tout soulèvement populaire, car on s’y acheminait inéluctablement’’, a-t-il lancé. Les jeunes layènes ainsi que l’Association des résidents de la cité Bceao ont fait bloc pour dénoncer l’état d’une plage de plus en plus gangrénée par des dérives de toutes sortes.

Le dignitaire annonce avoir saisi le président de la République qui a accusé réception, le ministre de l’Intérieur, le gouverneur de Dakar, la sous-préfète des Almadies. Il leur demande, comme palliatif, de faire application d’une règle légale, en attendant de prendre ce problème à bras-le-corps. ‘‘La loi anti-tabac, sur l’interdiction de fumer dans les espaces publics, doit être renforcée davantage et le président doit y veiller’’, a suggéré Seydina Issa Diop Laye. Mame Libasse Laye, petit-fils de l’actuel khalife a, quant à lui, été plus extrême dans ses revendications. Le concert organisé le weekend dernier à la plage de la Bceao est une pilule qui passe toujours mal. ‘‘Que ce soit Waly Seck ou un autre musicien, ils n’osent pas animer un concert dans une localité du foyer religieux dont il se réclame. Nous ne sommes plus disposés à accepter cet affront plus longtemps. Ceci doit être une préoccupation de tous les layènes et pas de Yoff uniquement’’, s’est-il emporté. Les jeunes layènes crient au complot, d’autant plus que les conduits d’égout, situés à intervalle régulier, déversent les eaux usées près du mausolée Seydina Limamou Laye à Yoff.

La semaine dernière, ce sont les résidents de l’autre localité layène – Cambérène – qui se sont fait entendre via le Comité d’initiative pour la défense de l’environnement de Cambérène (Cidec). Cette structure considère que le refus de respecter les engagements pris en 2012 pour délocaliser l’émissaire qui pollue cet endroit, qui est un lieu de pèlerinage, est ‘‘un manque de considération et de mépris de Macky Sall et son gouvernement pour (la) localité, capitale de la communauté layène’’.

Dans un communiqué parvenu à ‘’EnQuête’’, le Cidec s’était alors offusqué du manque de concertation avec le ministre de l’Assainissement Mansour Faye, alors que ses deux prédécesseurs Oumar Guèye et Pape Diouf l’ont reçu douze fois pour trouver une issue heureuse. Ces résidents subodorent même que la dépollution de la baie de Hann va se faire au détriment de Cambérène. En janvier 2010, l’annonce du projet d’agrandissement de l’émissaire de Cambérène, suite à un financement de l’Union européenne, avait suscité l’ire des populations qui se sont organisées sous le ‘’Ndigël’’ du Khalife général des layènes Seydina El Hadj Abdoulaye Thiaw Laye pour mettre sur pied le Cidec.

Tempérance

Pour autant, Seydina Issa Diop Laye a tempéré les ardeurs des jeunes layènes. ‘‘Malgré toute cette mobilisation qui montre l’intérêt que vous portez à la question, ce pays est un Etat de droit. Il y a des lois à observer’’, a-t-il déclaré en direction d’une foule très remontée contre les exploitants du littoral.

Le problème est aggravé, selon lui, par le fait que ce sont des résidents de Yoff euxmêmes qui sapent leurs efforts en délivrant en sous-main des autorisations. Il promet de révéler le nom des dignitaires religieux qui touchent à l’argent de cette exploitation. ‘‘Qu’on ne nous pousse pas à parler’’, met-il en garde. Si la dimension religieuse a été au cœur des récriminations, des préoccupations plus ‘‘terre-à-terre’’ se sont fait entendre. Sadikh Diop, habitant la cité Bceao et membre du collectif des riverains, dénonce le fait que les résidents des ‘‘cités Bceao, Djily Mbaye et Diamalaye’’ n’ont plus droit à la tranquillité : ‘’Nous vivons un cauchemar ici (…)

La nuisance sonore est insoutenable. Des compagnies de téléphonie ou agroalimentaire organisent des fêtes de telle sorte que les cités Bceao, Djily Mbaye et Diamalaye ne connaissent aucune sérénité. Avec ces concerts, même les enterrements au cimetière musulman de Yoff Bakhiya sont perturbés’’, se plaint-il. Il relativise tout de même le problème, en estimant que tous les exploitants ne sont pas logés à la même enseigne. Pour lui, ce n’est pas la fréquentation de la plage à des fins récréatives qui pose problème, mais le fait que la débauche, la discourtoisie, le bruit et l’indiscipline y soient érigés en mode d’existence. ‘‘Cette plage avait l’habitude de recevoir les familles dakaroises et celles de la banlieue qui ont tous le droit de la fréquenter pour agrémenter leurs journées, mais il n’y a plus aucune sérénité.

Nous allons nous unir avec la jeunesse layène, car nous subissons les mêmes désagréments qu’eux… Nous sommes tous fils de Yoff. Ce qu’on veut est qu’on se comporte comme jadis, en bonne entente ; que nous résidents, ne soyons pas dérangés et qu’eux exploitent la plage dans les conditions optimales’’, tempère Sadikh Diop.
EnQuete

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Concertations sur le coût de la vie chère : Les Propositions du Pr Macky Sall pour alléger la souffrance des sénégalais

Publié il y'a

Date :

Dans un contexte mondial marqué par une flambée généralisée des denrées, le gouvernement a consenti des mesures de soutien à hauteur de 620 milliards de F Cfa, rappelle le chef de l’Etat lors du lancement de concertation sur la vie chère, ce lundi. Dans la recherche des voies et moyens de soutien du pouvoir d’achat, de la lutte contre la vie chère et de la protection des consommateurs, le président Macky Sall promet de lutter avec tous les moyens légaux pour éliminer toutes pratiques visant à créer des inflations au détriment des consommateurs.

«Ces pratiques sont injustes et illégales et nous allons les combattre avec vous. Des mesures d’appui notamment le soutien du consommé local à travers la plateforme de commercialisation mise en place par le ministère chargé du commerce en ce qui concerne le riz. C’est la raison pour laquelle j’ai donné instruction pour qu’une subvention de 32 f par Kg soit mise en place afin d’appuyer la rizerie locale dans l’étape de la transformation. Cependant, il faut changer les habitudes alimentaires pour nous rendre moins vulnérables au choc extérieur. Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons ne doit pas seulement rester un slogan», instruit-t-il.

Continuez la lecture

Actualités

Le Collectif « And Takhawou Sandaga » hausse le ton et exige le démarrage des travaux le plus rapidement possible

Publié il y'a

Date :

« And Takhawou Sandaga », le Collectif des Sinistrés et « Manko Defar Plateau » ont tenu un point de presse, ce mardi, pour dénoncer les lenteurs des travaux du marché Sandaga. Djiby Diakhatè, membre du Collectif et Porte parole du Jour fustige le manque de considération à l’endroit des vendeurs et les promesses non tenues par le gouvernement du Sénégal. Mieux, La bande à Diakhaté dénonce les magouilles du Maire de Dakar Plateau qu’il considère comme l’unique responsable de ces lenteurs….

Par aileurs, Monsieur Diakhaté interpelle ses camarades à s’impliquer d’avantage pour le combat concernant le démarrage des travaux dans les plus brefs délais. Toujours dans cette logique, Djiby Diakhaté souligne que trois lettres d’audience ont été envoyés au Président de la République mais sans succès. Et dans les jours à venir si rien n’est fait, ils risquent de passer à la vitesse supérieure

Continuez la lecture

Actualités

Menace de grève et Magal : Le ministre de l’Eau répond aux bénévoles de l’hydraulique

Publié il y'a

Date :

Les travailleurs bénévoles de l’hydraulique ont menacé de perturber l’approvisionnement en eau, en cette vieille du grand Magal, pour réclamer leur recrutement dans la Fonction publique. Ce à quoi le ministre Serigne Mbaye Thiam a apporté des précisions.

« En réalité, ce sont des prestataires qui intervenaient dans le domaine de l’hydraulique qui étaient au niveau des services régionaux. Nous avons proposé au chef de l’Etat de les recruter dans le programme « Xëyu Ndaw Yi » et les dossiers ont été envoyés au ministère de l’Emploi », a expliqué Serigne Mbaye Thiam lors de sa visite pré-Magal.

Toutefois, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement n’a pas manqué de faire la leçon à ces bénévoles frustrés. Selon lui, « ce n’était pas un droit, parce que ce sont des gens qui étaient là dans le cadre des mesures sociales. Mais je ne pense pas qu’il peut y avoir des risques pour ce Magal. Soit ils sont disposés à travailler pour le Magal, soit l’Ofor fait appel à d’autres chauffeurs ».

En visite hier à Touba, le ministre Thiam a annoncé que 24 camions pompeurs seront déployés à Touba, pour évacuer les eaux pluviales stagnantes dans certains quartiers et axes routiers de la cité religieuse. « Ces camions vont intervenir quelques jours avant le Magal et quelques jours après, pour dégager ces points d’eau sans exutoires dans la ville sainte. A côté du dispositif lourd de pompage, il a été retenu de mettre des camions pompeurs qui vont aller dans les rues pour évacuer les eaux stagnantes sur certains axes routiers de Touba », a déclaré Serigne Mbaye Thiam. .

Pour apporter sa pierre à l’édifice, l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) compte mobiliser 50 camions de vidange et des toilettes mobiles pour l’évacuation des eaux usées de la cité religieuse. Selon Serigne Mbaye Thiam, « ces camions vont aller dans les maisons pour vider les fosses septiques ».

Précisant que le dispositif d’assainissement mis en place correspond aux requêtes formulées par le comité d’organisation du grand Magal, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement a, avant de quitter la ville sainte, rendu une visite de courtoisie au khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, et son porte-parole Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadr.

Continuez la lecture

Articles tendances