Connect with us

Infos regions

Commune de Ndiébéne Gandiole 30 ambassadeurs scolaires de la citoyenneté formés

Publié il y'a

Date :

La salle de conférence du Centre culturel Aminata de Gandiole a refusé du monde à l’occasion de la cérémonie de clôture du projet « Ambassadeurs Scolaires de la Citoyenneté » mis en œuvre par une équipe de trois étudiants représentant l’Ugb à la compétition interuniversitaire Voix des Jeunes. La cérémonie a été présidée par le Recteur, le Professeur Ousmane Thiaré. 
Au total,  30 ambassadeurs scolaires de la citoyenneté, dont 15 du collège de Mouit et 15 du lycée de Tassinère, ont reçu leurs attestations de fin de formation. Jean Sibadioumeg Diatta, Coach de l’équipe Voix des Jeunes de l’Ugb, a remercié les autorités scolaires de la région de Saint-Louis, le Proviseur du lycée de Tassinère, le Principal du collège de Mouit, les associations des parents d’élèves, le Parrain des Ambassadeurs, et surtout les élèves, pour leur contribution à la réussite du projet. Alioune Badara Diop, Capitaine de l’équipe, a présenté le projet avec ses quatre phases : « loojangul do ko tari » « on  ne peut restituer que ce qu’on a appris et maitrisé » ; « xam sa gox » « connaitre sa communauté » ; « and jeuf » « agir ensemble » et « mbolomoydoole » « ensembles, nous sommes plus forts ». 
Il a aussi énuméré quelques-uns des importants résultats obtenus depuis sa mise en œuvre. Ndiaga Diagne, Président de l’Association des parents d’élèves du collège de Mouit, a magnifié le projet qui a « permis de changer la mentalité des élèves des deux gouvernements scolaires ». Il a souligné qu’après la formation, il a constaté un réel changement de comportement chez les élèves à travers des initiatives qu’ils ont eux-mêmes portées. C’est ainsi qu’il a remercié l’Université d’avoir choisi Gandiole.
Les Présidentes des gouvernements scolaires des deux écoles ont aussi exprimé leur fierté d’avoir suivi le programme qui leur a permis de prendre conscience de la nécessité d’agir pour résoudre un certain nombre de problèmes auxquels leur commune est confrontée. Awa Gaye, élève du collège de Mouit en a profité pour appeler ses camarades à travailler à la diffusion des valeurs citoyennes, mais aussi à continuer de mettre en œuvre leurs compétences pour le développement de leur commune.
Quant au Principal du collège de Mouit, Papa Ndiouga Mbaye, il a félicité les étudiants de l’Ugb pour leur engagement « sans failles » dans la mise en œuvre du projet «d’éducation à la citoyenneté ». A ce titre, il a exprimé sa satisfaction en invitant le Recteur à être fier des étudiants de l’ugb car, a-t-il souligné, « grâce à ce projet, nous avons senti que nos élèves sont devenus plus responsables, plus autonomes, ils sont spontanément préparés à répondre aux besoins de leur communauté ». 
Il a indiqué que ces « vaillants ambassadeurs » ont acquis « les valeurs d’éthique et de volontariat capables de contribuer à  la réussite de leurs missions ». Enfin, il a rassuré que son école s’engage à « pérenniser le projet et à le vulgariser au plan national ». Moussa Gaye, Proviseur du lycée de Tassinère, a  magnifié la portée du projet en ces termes : « le projet a apporté un intrant pédagogique de qualité à travers ses quatre phases que je qualifie d’innovation capitale ». Il a aussi constaté les changements de mentalité des étudiants en déclarant: « Nous voyons que nos élèves prennent maintenant des initiatives et mobilisent leurs camarades ». Selon lui, ce projet pratique pousse les jeunes à aller sur le terrain pour faire des actions concrètes. Thierno Sarr, représentant l’Inspecteur d’Académie de Saint-Louis s’est dit « séduit par le projet ambassadeurs scolaires de la citoyenneté » dont il propose la diffusion au plan national en vue de promouvoir une citoyenneté agissante. Il a appelé les 30 ambassadeurs à ne pas « dormir », mais à « faire en sorteque la totalité de vos actes soit érigée en règle universelle ». 
 Mamadou Dia, Parrain des Ambassadeurs et par ailleurs Président de l’Ong « Hahatay », a reconnu que le projet est « en train d’inspirer d’avantage les jeunes du collège et du lycée en vue de promouvoir une jeunesse engagée ». Il a exprimé sa satisfaction d’être choisi comme Parrain afin d’aider ces jeunes à avancer dans la citoyenneté dans le but de contribuer au développement de Gandiole. 
M. Dia a aussi soutenu qu’il a la conviction qu’à travers ce projet, les jeunes de Gandiole vontinspirer leurs camarades du Sénégal.Quant au Recteur de l’Ugb, il a d’emblée félicité les Ambassadeurs de la citoyenneté pour leur mobilisation et leur engagement citoyen. Revenant sur l’importance de la citoyenneté, il a déclaré que « la citoyenneté occupe une place capitale dans le développement de tout pays. C’est donc le moment de saluer ce projet qui vient à son heure ». 
Le Recteur a aussi magnifié la pertinence du projet qui a permis de « transformer la mentalité des élèves afin d’en faire des ambassadeurs du changement positif, capables de propulser les valeurs d’engagement et de leadership, de solidarité, de sauvegarde du bien commun, de volontariat, etc. ». C’est dans cette perspective qu’il a indiqué qu’une correspondance a été envoyée au Ministre de l’Education Nationale, pour une collaboration avec l’équipe Voix des Jeunes de l’Ugb en vue de l’implémentation du projet dans les autres lycées et collèges du Sénégal. C’est à partir de ce moment, dira-il que « Gandiole sera un exemple de citoyenneté à l’échelle nationale ». A l’endroit des Ambassadeurs, le Recteur leur a délivré ce message « Soyez conscients du rôle important que vous devez jouer et de la place que vous devez occuper dans le développement de votre belle localité, car pour paraphraser l’adage Gandiole ne sera que ce vous en ferez ». Il a poursuivi en les invitant à travailler à la diffusion des valeurs citoyennes acquises dans leurs écoles, leurs réseaux amicaux, leurs familles, leurs associations de quartiers, etc.

La cérémonie a été clôturée par la signature d’une convention de partenariat entre le gouvernement scolaire du collège de Mouit et celui du lycée de Tassinère dans le but de pérenniser leur collaboration citoyenne. Des attestations d’ « Ambassadeur Scolaire de la Citoyenneté » ont été délivrées à chacun des 30 élèves bénéficiaires du projet.

                                                                                                                                                                                  Mbagnick Kharachi Diagne

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Ziguinchor : 200 enfants circoncis gratuitement par la Fondation du basketteur Gorgui Dieng

Publié il y'a

Date :

C’est une activité qui a duré deux jours au niveau de l’école primaire de Boucotte Est. Au total, deux cent enfants ont subi la circoncision gratuitement. Une épreuve à l’actif de l’Association Ndimbël Jaboot Aide Familiale financée par Gorgui Sy Dieng Fondation. Ces deux cents enfants ont reçu chacun un kit sanitaire pour le suivi.

Djiby Ndiaye, président coordonnateur régional programme de cette 8ème édition  » Nëegu Goor, circoncision gratuite « , d’expliquer qu’ils vont assurer eux même le suivi. Selon lui, ces kits composés du matériel nécessaire pour suivre les enfants circoncis ont été remis pour éviter de regrouper ces enfants en cette période où la pandémie de Covid-19 fait sa progression.  » Nous avons décidé de prendre individuellement ces enfants à domicile, pour voir leur état de santé, l’état de la cicatrisation de leur pénis », déclare Djiby Ndiaye. Ce dernier annonce en outre qu’ils prévoient la circoncision de 1200 enfants dans tout le pays

Continuez la lecture

Actualités

ISI de Diourbel: les étudiants initiés aux techniques de recherche d’emplois pendant trois jours par l’ANPEJ

Publié il y'a

Date :

Par

Les étudiants de l »institut Supérieur Informatique (ISI) de Diourbel ont démarré ce mercredi une formation de trois jours à l’initiation aux techniques de recherches de l’emploi avec comme thème employabilité et insertion. Formation assurée par l’antenne régionale de l’ANPEJ de Diourbel.


En partenariat avec l’ANPEJ, l’Institut Supérieur Informatique de Diourbel soucieux de l’avenir de ses étudiants a pris les devants en initiant cet atelier qui a pour but de les préparer pour affronter le marché de l’emploi qui devient de plus en plus difficile.
Selon Abdoulaye Kane chef de l’antenne régionale de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (ANPEJ), chaque année, plus de 250.000  jeunes sortent  des écoles de formation avec des diplômes. Ils descendent sur le marché à la porte des entreprises, à la recherche d’un emploi.


 » Seuls 40.000 postes sont disponibles selon l’ANDS et le gap est énorme. Pour être employables, il faudrait renforcer ces jeunes, dans un monde en perpétuelle compétition, il faut qu’ils soient bons, d’un bon profil et pour y arriver il faut qu’ils soient préparés pour répondre à l’exigence de ces entreprises.C’est pour cette raison que nous sommes là dans le cadre de préparer ces jeunes, après le diplôme, à l’insertion » dira – t – il.


Il y a beaucoup de jeunes qui sortent de l’université, des écoles de formation, mais qui ne maîtrisent pas les techniques de recherche d’emploi. » C’est pourquoi il faut réadapter ces techniques au monde de l’emploi qui est en perpétuelle mutation » souligne Abdoulaye Kane.


Le personnel comme les étudiants de l »ISI de Diourbel ont accueilli avec beaucoup d’enthousiasme et d’intérêt ce partenariat avec l’ANPEJ.Modou Ndiaye responsable de l’Institut dira que ce partenariat répond à une préoccupation du Directeur Général de l’ISI qui a exigé à ce qu’on insére dans chaque campus des cellules de rentabilité professionnelle pour les jeunes étudiants.


 » Raison pour laquelle on a noué un partenariat avec l’ANPEJ qui nous a facilité la tâche pour qu’on puisse organiser ces trois jours d’échange et de partage entre nos étudiants et l’ANPEJ. Cette capacitation leur permettra à la sortie de trouver un emploi, avec un bon comportement, et d’avoir une bonne présentation.

Continuez la lecture

Actualités

Manque d’eau à Ndoulo: les populations dans la rue, 21 personnes arrêtées.

Publié il y'a

Date :

Par

Les populations de Ndoulo, dans le département de Diourbel, restées pendant 21 jours sans la moindre goutte d’eau sont sorties manifester leur ras- le bol en initiant une marche qui a été réprimandée par les éléments de la gendarmerie en renfort à la brigade de Ndoulo. Vingt et une personnes ont été arrêtées, onze parmi elles présentées au procureur.


La commune de Ndoulo dans le département de Diourbel vit une tension sans commune mesure. Les populations qui sont restées pendant vingt et un jours durant sans la moindre goutte d’eau dans les robinets , sont sorties bruyamment depuis hier pour réclamer le retour du liquide précieux mais surtout pour demander le départ de l’Aquatec qui est la source de tous leurs maux.


Seaux et bidons en bandoulière, hommes et femmes font des kilomètres sous un soleil de plomb à la recherche de l’eau.


Le mouvement Ndoulo ca Kanam, qui porte le combat par la voix El Bachir Diaw , chargé de communication fustige l’attitude des forces de l’ordre qui sont entrain de traquer et d’arrêter des citoyens qui n’ont eu comme seul tort que de manifester paisiblement et de réclamer un droit élémentaire: l’accès à l’eau potable.
 » Nous lançons un appel aux autorités plus précisément au président de la République, Monsieur Macky Sall pour qu’il règle au plus vite cette situation. Nous ne voulons plus de Aquatec qui est la source de toutes nos difficultés. Qu’on nous laisse gérer nous mêmes notre forage. 


Nous demandons aussi à ce que ces arrestations arbitraires des populations s’arrêtent. Nous réclamons la libération sans condition de onze parmi nous qui ont été arrêtés par la gendarmerie et qui ont été présentés au procureur. On nous informe que la gendarmerie continue de traquer les gens dans les rues et jusque dans les maisons. Il y a eu encore dix autres arrestations » confie El Bachir Diaw

Continuez la lecture

Articles tendances