Connect with us

Politique

Campagne de collecte de parrains pour Macky Sall à Thies: Seynabou Ndiéguène à l’assaut des fiefs du Parti Rewmi

Publié il y'a

Date :

A l’assaut des fiefs de REWMI en ciblant les femmes, Seynabou Ndiéguéne passe intelligemment par ce qu’elles aiment le plus : le chant, la danse, une approche éminemment pédagogique.

Venue rendre visite à celle qu’elle appelle affectueusement la tante Mame Ndoye, véritable personne ressource à Keuri Kaw dans le cadre du parrainage, elle a été accueillie par une forte mobilisation et dans une bonne ambiance.

Qu’est-ce que cela donne au décryptage ? Puisqu’on est dans une zone jusqu’à maintenant considérée comme « propriété » de REWMI avec 2 à 3 conseillers municipaux qui y habitent, Seynabou Ndiéguéne travaille à effilochement électorat orange au profit de leur coalition.

Ayant conquis les cœurs bien avant cette « tournée » dans Takhi Kaaw et Medina Fall aussi, la responsable APR joue sur l’influence de la famille Ndièguène à laquelle elle appartient et sur des liens de parentés et d’amitié, admirablement magnifiés et mis au devant par Coumba Seck, particulièrement douée dans le discours et le maniement du wolof.

On a cependant compris dans les discours qu’elle avait déjà financé ici grâce au ministre Moustapha Diop un groupement de femmes comptant 74 membres, que le ministre Abdou Aziz Mbaye est de la famille ; sont-ce là des raisons d’espérer une bonne « récolte » ?

Insatiable, la présidente régionale des femmes BBY est allée au marché pour une “visite de courtoisie”. Devant l’étalage des maux (éclairage, eau, salubrité) par Badara Mbaye, trouvé sur place et qui pourtant met tous les politiciens « dans le même sac », Seynabou Ndiéguéne accuse le Maire REWMI, incapable de régler ces problèmes parce que dans l’opposition.

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Exclusion d’un député par son parti ou sa coalition : la Lsdh attend une décision de la Cour de justice de la Cedeao

Publié il y'a

Date :

La Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) avait introduit une requête relative au mandat impératif au niveau de la Cour de justice de la Cedeao. Selon ‘’SourceA’’ qui donne la nouvelle dans sa livraison de ce mercredi, Me Assane Dioma Ndiaye, qui était à l’époque à la tête de cette Organisation de promotion et de défense des droits de l’Homme, et ses camarades veulent interdire l’exclusion de tout député qui choisira de rompre les liens avec son parti ou sa coalition.

Seulement, ajoute le journal, la Lsdh est toujours en attente d’un feed-back de cette Haute Cour de justice sous régionale. Comme arguments, l’Osc dirigée maintenant par Alassane Seck servira que tout député est élu par le peuple et pour le peuple. Pour cela, il ne peut être déchu que par celui-ci.

Continuez la lecture

Actualités

Assemblée nationale : «Bby ne peut passer par aucune procédure pour déchoir Mimi Touré de son mandat» (Dr Mbaye Cissé, juriste)

Publié il y'a

Date :

Après la conférence de presse du Groupe parlementaire qui a pour but de jouer avec la fibre sentimentale d’Aminata Touré pour l’amener à flancher et à jeter le tablier, le combat pour la déchéance de son mandat est enclenché.

Mais, précise ‘’SourceA’’ dans sa parution de ce mercredi, Oumar Youm et Cie vont pédaler dans le néant. Car, d’après Dr Mbaye Cissé, juriste et chercheur, interrogé par le journal, Mili Touré a bel et bien le droit de s’arroger son mandat, selon son gré, pour toute sa durée de la 14ème Législature.

«Aminata Touré n’a pas été élue par la Coalition mais par le peuple sénégalais, certes sur la base d’une liste. Et à l’Assemblée nationale, la personne de Aminata Touré compte moins que la fonction de député. La Coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) ne peut passer par aucune procédure pour la déchoir de son mandat», explique-t-il dans les colonnes du journal.

Continuez la lecture

Actualités

Khalifa Sall : « Macky Sall n’a qu’une issue : c’est partir. Lui-même ne croit pas au troisième mandat. »

Publié il y'a

Date :

En 2012, quand  Macky Sall accédait au pouvoir,  l’espoir d’un Sénégal meilleur avait été nourri par tout un peuple. Aujourd’hui, il doit repenser le trajet parcouru, selon l’ancien maire de Dakar. 
Pour Khalifa Sall,  Macky Sall n’a qu’une issue : c’est partir. Lui-même ne croit pas au troisième mandat.  Dans la même dynamique, il signale que l’actuel chef de l’Etat n’a qu’une préoccupation : consolider son pouvoir en liquidant ses adversaires politiques. 
« Si on devait, par exemple, tirer un bilan de ses mandats, on se résumerait à combien d’opposants sont allés en prisons ? Macky Sall se prend pour un demi-dieu et ne sait pas que le vrai Dieu l’attend », fait savoir Khalifa Sall.

Continuez la lecture

Articles tendances