Connect with us

SPORTS

Augustin Senghor : « notre objectif est clair, passer le premier tour »

Publié il y'a

Date :

Sensation de la Coupe du Monde 2002 avec la Turquie et la Corée du Sud, le Sénégal est de retour 16 ans après. Portés par un excellent Sadio Mané, les Lions de la Teranga rêvent une nouvelle fois d’exploit. En Russie, les Lions de la Teranga sont logés dans le groupe H. C’est un groupe très homogène où les quatre équipes pourraient facilement terminer en tête. Le Japon est peut-être l’outsider, mais la Pologne, la Colombie et le Sénégal ont tous envie de finir en haut de la table.
Pour sa deuxième participation, le Sénégal espère bien réaliser de nouveaux exploits comme en 2002. L’une des deux premières places de sa poule est possible à atteindre mais pour aller au-delà des huitièmes de finale, il faudra être solide.

« Nous sommes dans un groupe homogène. Notre objectif est clair et officiel : occuper l’une des deux premières places du groupe et passer le premier tour. Ensuite, à ce niveau, tout peut arriver. J’ai déclaré, lors d’une réception donnée par le maire de Vittel où nous étions en stage, que je souhaiterais affronter la France. On m’a dit que ce serait possible, mais seulement en final, » a confié Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, dans des propos relayés par lemonde.fr.

Les Lions du Sénégal ont la capacité d’aller loin et leur équipe est composée de joueurs d’Angleterre, d’Allemagne et de France. Mais Augustin Senghor est conscient que Sadio Mané et ses coéquipiers seront attendus. Il n’y aura pas d’effet de surprise comme lors de la Coupe du Monde 2002.

« Le chef de l’Etat souhaite d’abord que le Sénégal laisse une image positive en Russie. Il sait très bien que le Sénégal ne fait pas partie des favoris de la Coupe du monde mais que notre équipe, avec son talent collectif et individuel, ne sera pas une proie facile. Nous voulons montrer le meilleur. Il y a une attente des Sénégalais, a confié président de la Fédération sénégalaise de football avant d’ajouter : Cela faisait seize ans que notre sélection espérait disputer cette compétition. En 2002, personne ne misait sur les Lions qui avaient pourtant atteint les quarts de finale, face à la Turquie (0-1). Cette année, l’effet de surprise ne jouera pas. Beaucoup de nos joueurs évoluent dans de grands championnats et sont titulaires dans leur club : Mané à Liverpool, Koulibaly à Naples, Gueye à Everton, Kouyaté à West Ham… Nos adversaires les connaissent. Et le Sénégal fait partie des cinq meilleures équipes africaines ! Il faut assumer ce statut. »

Le Sénégal pourrait bien surprendre le tournoi, comme en 2002, et un autre quart de finale pourrait être en route s’il peut naviguer dans un groupe délicat, puis étourdir la Belgique ou l’Angleterre dans les huitièmes de finale. Si Mané atteint ses objectifs, ils sont suffisamment solides pour obtenir des résultats.

AFRICA TOP SPORTS

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Yankhoba Diattara, ministre des Sports : « Nous accompagnerons la fédération de basket dans ses projets et chantiers »

Publié il y'a

Date :

Nommé ministre des Sports le 17 décembre dernier, Yankhoba Diattara a effectué sa première sortie lors de la finale la finale retour des play-offs du National 1 féminin de basket-ball entre le DUC à l’ASC Ville de Dakar. Le ministre des Sports se dit prêt à accompagner la Fédération sénégalaise de basket-ball (FSBB) dans ses projets.

Le nouveau ministre des Sports a présidé samedi la finale retour des play-offs du National 1 féminin de basket-ball, qui opposait le DUC à l’ASC Ville de Dakar. Une finale remportée par l’ASC Ville de Dakar devant le DUC (69-56).

Pour ce qui est de l’organisation des éliminatoires de la Coupe du monde masculine 2023 que la Fédération sénégalaise de basket-ball souhaite abriter au mois de février prochain, le ministre a tenu à rassurer.

« Je recevrai le président de la fédération et on en discutera. Tous les grands chantiers ouverts par mon prédécesseur et la Fédération seront poursuivis et renforcés. Que les gens soient rassurés,  mais nous avons nos ambitions sur la base des orientations du président de la République. Il sera à notre côté pour accompagner la fédération dans tous les grands projets africains et mondiaux » a confié le ministre des  Sports.

Dans la foulée, Yankhoba Diattara a fait part de ses ambitions à développer le sport sénégalais.

« Le basket fait partie des sports les plus engageants et passionnants. La jeunesse aime le basket et le sport d’une manière générale. Le football et le basket font partie des disciplines les plus aimées par la jeunesse sénégalaise. Cette mobilisation montre cet attachement des jeunes au basket. Ce que nous voyons prouve que le basket a de belles pages devant nous et des choses à nous raconter. Président Babacar Ndiaye, soyez rassuré de notre disponibilité dans tous vos chantiers. Je viens d’arriver mais je suis un passionné de basket. En 2006, j’ai accompagné, en tant que maire, l’US Rail qui a remporté deux trophées en une journée. Je suis un amoureux du basket et j’ai toujours accompagné le sport et les sportifs. Je suis un jeune Sénégalais et j’aime le sport », a-t-il assuré.

Continuez la lecture

Actualités

Mali : les joueurs encore en grève

Publié il y'a

Date :

La vie n’est décidément jamais un long fleuve tranquille pour la sélection du Mali. Après la victoire contre la Zambie (1-0) vendredi à Bamako en match amical et avant la deuxième confrontation contre cet adversaire lundi, voilà en effet que le problème des primes refait surface !

Dénonçant les engagements à ce sujet non tenus par les autorités sportives, les Aigles ont entamé une grève samedi et décidé de boycotter l’entraînement, révèle le journaliste Drissa Niono, généralement bien informé.

Dans ces conditions, la tenue du deuxième match face aux Chipolopolos se retrouve menacée. Un air de déjà-vu puisque ce cas de figure s’était déjà produit en novembre dernier. Pas le meilleur moyen de convaincre Alassane Pléa de rejoindre le nid des Aigles.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte : les fortes mesures prises par le CNG

Publié il y'a

Date :

Le Comité national de gestion de lutte (CNG) a rencontré les acteurs de la lutte jeudi, à l’Arène nationale, pour une discussion  autour des nouvelles mesures prises pour la saison 2022-2023.

Le CNG a pris de nouvelles mesures pour la saison 2022-2023. Le comité national de gestion de lutte a pris la décision de revoir à la baisse  le temps des combats.

 Pour les combats préliminaires, le temps passe de 25 à 15 minutes (2x5mn et éventuellement une prolongation de 5mn). Concernant les combats leaders, le temps passe de 40 à 25mn (2x10mn et une éventuelle prolongation de 5 mn).

Parlant des cagoulards, Bira Sène et Cie indiquent qu’ils seront non seulement obligatoirement identifiés mais ne pourront même plus accéder dans l’arène.

Plus d’entraîneurs sans formation

Le CNG avait retenu de désormais démarrer les combats à 16h00 et de siffler le combat-leader à 19h00. Mais, vu l’insistance des promoteurs qui ont demandé qu’on revoie ces deux dispositions, il n’est pas exclu que l’instance dirigeante de la lutte y apporte quelques petits réglages. Par exemple, un promoteur a proposé qu’on relève l’heure à 16h45. Et le CNG pourrait le leur concéder puisqu’il n’a pas été aussi flexible sur ces deux points.

D’autres points ont été soulignés par le CNG. C’est le cas du cumul des fonctions. Il ne devrait plus être autorisé à quelqu’un, dorénavant, d’être à la fois promoteur, manager, entre autres fonctions cumulables.

Le CNG s’est également prononcé sur la question des entraîneurs. Désormais, il faudra passer la formation au CNG pour pouvoir être reconnu comme entraîneur.

« Les entraineurs devront maintenant obligatoirement  se munir d’une serviette, d’une bouteille d’eau et d’une tenue de sport. Il faudra qu’on mette fin au cumul, parce qu’on ne peut pas avoir une licence de promoteur et une licence de manager. Quand on est manager, on reste manager », annonce le CNG  de lutte.

Continuez la lecture

Articles tendances