Connect with us

Economie

Amadou BA « Aujourd’hui, l’économie sénégalaise se porte bien »

Publié il y'a

Date :

Le ministre de l’Economie, Amadou Ba, a réfuté vendredi l’existence d’un problème de trésorerie, soulignant que le Sénégal dispose à la date d’aujourd’hui de 729 milliards de francs CFA en caisse.

A la suite d’autres personnalités, des politiques ou des experts, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum, qui fut également ministre de l’Economie et des Finances, s’est exprimé dimanche sur les difficultés financières auxquelles l’Etat sénégalais se trouverait confronté, au cours de ’’Grand Jury’’, une émission hebdomadaire de la Radio futurs médias (RFM, privée).

Il a fait état d’une « tension financière au Sénégal’’, indiquant que « les écoles privées, les étudiants, les entreprises, les bailleurs de l’Etat la sentent ».

Selon Mamadou Lamine Loum, « les eurobonds contractés en mars dernier par le gouvernement, montrent que les finances publiques sénégalaises ne se portent pas bien ».


Après cette sortie, le ministre délégué chargé du Budget, Birima Mangara, avait assuré que l’économie et la trésorerie du Sénégal ’’se portent bien’’.


« Tout ne va pas bien comme dans le meilleur des mondes, mais soyez rassurés que tout va bien jusqu’ici, parce que nous respectons nos standards, nos normes, et notre économie, notre trésorerie se portent bien », a-t-il dit.


Birima Mangara s’entretenait avec des journalistes, lors de la Journée d’information et de sensibilisation sur le marché financier de l’Union monétaire Ouest-africaine (UMOA), qui se tient au CESAG, le Centre africain d’études supérieures en gestion de Dakar.


 « Le trésorier général de l’Etat garde aujourd’hui dans ses caisses 729 milliards de francs CFA, l’équivalent du budget du Sénégal en 1997 », a dit Amadou Ba en visite à la Direction générale de la comptabilité et du trésor public.

« Cette année, nous avons fait une injonction de liquidités dans l’économie d’un montant global de 1610 milliards de francs CFA en 2018 contre 1326 milliards de FCFA à la même période en 2017, soit une variation positive de 184.1 milliards de francs CFA », a-t-il relevé.
« La mobilisation des ressources s’élèvent à 2194 milliards de FCFA en 2018 contre 1664 en 2017, soit une progression de 630 milliards de FCFA, dont essentiellement les recettes fiscales et non fiscales 865 milliards de FCFA en 2018 contre 825 milliards de FCFA en 2017, soit une progression de 39,6 milliards », a-t-il souligné.
Selon lui, « la mobilisation sur le marché financier a atteint 1187 milliards FCFA en 2018 contre 725,4 milliards de FCFA, soit une augmentation de 462 milliards de FCFA ».
« Les paiements en contraction de l’Etat (fournisseurs et entrepreneurs) se chiffrent à 652. 2 milliards en 2018 contre 475.2 milliards en 2017, soit une progression de 117 milliards de francs CFA », a ajouté M. Ba.
Il a par ailleurs précisé que  » ce qui est important à retenir à propos de ses emprunts de l’Etat est que nous n’avons pas de fonds spéculatifs, c’est des investisseurs convaincus par le cadre macroéconomique du pays qui sont venus investir ».
« Aujourd’hui, l’économie sénégalaise se porte bien. Nous ne disons pas que le pays n’a pas de problèmes, mais quelle que soit la situation, nous devons les gérer dans la paix », a-t-il ajouté, rassurant que « le paiement de 30 milliards de FCFA pour les bourses des étudiants a déjà été effectué ».

Cliquez ici pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Actualités

Lenteurs au Port autonome de Dakar: Le Dg Aboubacar Sadikh Bèye explique

Publié il y'a

Date :

Les lenteurs au niveau du Port autonome de Dakar ont été décriées pendant la réunion présidentielle sur la cherté de la vie.  Mais pour le directeur général de cette structure,  cela s’explique  par une situation conjoncturelle. En effet Aboubacar Sadikh Beye a expliqué l’indisponibilité de certains quais entrave  l’offre portuaire. Sur 23 postes, les huits sont immobilisés. Par exemple, au mole 1,  deux postes sont au service du pétrole et du gaz pour la plateforme Tortue et Sangomar. Le bateau hôpital occupe aussi un poste au Port autonome de Dakar. Deux autres postes sont mobilisés pour être modernisés et seront récupérés en octobre.

  Le directeur général du Port d’ajoute que ces lenteurs s’expliquent aussi par un atre facteur lié à la forte portuaire. « En juillet on a fait 104% en importation. La congestion terrestre est réglée parce que les camions sortent très tôt du Port  alors qu’ils pouvait y faire plus de 4 jours ».  S’agissant de la manutention, un bateau de 40 000 tonnes reste à  quai pendant 20 jours parce que les manutentionnaires font 2000 tonnes par jour. « La manutention se fait encore comme il y a 40 ans. Il faut une modernisation. Il ajoute que les concessionnaires et les lignes maritimes sont aussi dans le Port et occupent de grandes surfaces », conclut-il.

Continuez la lecture

Actualités

Lutte contre la vie chère : 15 mesures prises par Macky Sall

Publié il y'a

Date :

A l’issue de la réunion pour lutter contre la vie chère, le président de la République Macky Sall a prononcé le discours de clôture dans lequel il a édicté 11 mesures d’urgence et 4 mesures structurelles pour trouver une solution à ce problème lancinant. Voici les mesures prises par le chef de l’État.

Continuez la lecture

Actualités

Concertations sur le coût de la vie chère : Les Propositions du Pr Macky Sall pour alléger la souffrance des sénégalais

Publié il y'a

Date :

Dans un contexte mondial marqué par une flambée généralisée des denrées, le gouvernement a consenti des mesures de soutien à hauteur de 620 milliards de F Cfa, rappelle le chef de l’Etat lors du lancement de concertation sur la vie chère, ce lundi. Dans la recherche des voies et moyens de soutien du pouvoir d’achat, de la lutte contre la vie chère et de la protection des consommateurs, le président Macky Sall promet de lutter avec tous les moyens légaux pour éliminer toutes pratiques visant à créer des inflations au détriment des consommateurs.

«Ces pratiques sont injustes et illégales et nous allons les combattre avec vous. Des mesures d’appui notamment le soutien du consommé local à travers la plateforme de commercialisation mise en place par le ministère chargé du commerce en ce qui concerne le riz. C’est la raison pour laquelle j’ai donné instruction pour qu’une subvention de 32 f par Kg soit mise en place afin d’appuyer la rizerie locale dans l’étape de la transformation. Cependant, il faut changer les habitudes alimentaires pour nous rendre moins vulnérables au choc extérieur. Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons ne doit pas seulement rester un slogan», instruit-t-il.

Continuez la lecture

Articles tendances