Connect with us

International

SOUDAN: Les opposants du camps d’Omar El Bechir condamnés aux fouets

Published

on

L’état d’urgence mise en place le 22 fevrier passé par le gouvernement soudanais sortant, avait installé des tribunaux exceptionnels pour juger les manifestants. Parmi eux 1000 personnes jugées, l’opposition y citent des femmes .

Ainsi, dimanche 10 mars, Mariam Sadek al mahdi, la vice-présidente de la coalition Nida’ al Soudan, a été arrêté ainsi que sa sœur Rabah et sept autres femmes, en raison de leur participation à une marche contre l’état d’urgence. Elles ont été condamnées à une semaine de prison, à vingt coups de fouet et au paiement d’une caution, sous peine d’un allongement de la durée de détention.

Les inculpées ont fait savoir qu’elles ne paieraient pas les cautions et qu’elles faisaient appel du verdict. Les associations des droits de l’Homme au Soudan s’indignent face à ces jugements qualifiés de discriminatoires et qui « visent une nouvelle fois la femme soudanaise ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Résumé de L’actualité AFRICAINE

Published

on

By

ALGERIE

Âpres Rome, Moscou, et Berlin ce mercredi , le vice premier ministre Algérien poursuit sa visite dans le continent européen . Soucieux de la grogne des manifestants algériens qui occupent depuis presque un mois les rues pour dénoncer le système en place, Ramtane Lamamra rassure le pays ainsi que les pays partenaires.

A ces termes le vice premier ministre algérien positivise les choses” A vous et aux autres amis de l’Algérie , je vous dis soyez rassurés . Ce qui se passe dans mon pays est une évolution naturelle dans le cadre d’une étape historique de taille devant permettre au peuple algérien et notamment aux jeunes qui constituent la majeure partie de la société algérienne de bâtir , par lui même son destin . Cela devra permettre à l’Algérie de fonder un nouveau système politique pour remplacer celui qui est arrivé à son terme.

MOZAMBIQUE

Au pays l’heure est au secourisme après les ravages du cyclone Idai qui a causé une centaine de morts . D’après la coordinatrice de la mission d’urgence de MSF Belgique ” Ce qui est important aujourd’hui , c’est d’aller secourir des gens qui sont dans des villages ou des endroits ou personne n’est allé. Là il faut des Hélicoptères , des bateaux , des équipes spécialistes dans la recherche de personnes en difficultés dans des endroits compliquées.

A ce moment le président mozambicain Felipe Nyusi a décrété trois jours de deuil national qui ont débuté ce mercredi 20 mars 2019. Mais certaines familles elles ce qu’elles veulent c’est leurs morts pour pouvoir les inhumer.

BENIN

Les acteurs de gouvernance du pays se sont concertés pour organiser des législatives inclusives qui semblent largement dépasser le cadre de l’Assemblée nationale.

Ce qui modifie la tenue de la session extraordinaire convoquée ce jeudi 21 mars 2019 pour faire voter les propositions de lois modificatives. Cependant ces propositions ne font pas consensus. Sur les trois proposés , celle qui suggère la modification de la constitution pour prolonger le mandat des députés est très critiqué.

Depuis la conférence nationale, les anciens chefs d’états sont vues comme les médiateurs . Quant au président de l’Assemblée , il a rencontre l’ancien président Boni Yayi et le diplomate des nations unies Mouhamed Ibn Chambas.

R.C.A

La reunion à huis clos des acteurs de la crise centrafricaine a pri fin ce mercredi 20 mars au siége de l’union Africaine à Addis Abeba.

Les 14 groupes armés et le gouvernement se sont mis d’accords tout en critiquant une équipe qui d’après eux n’est pas assez inclusive.

Onze parmi eux cependant avaient demandés la démission du premier ministre Firmin Ngrebada mais finalement , les différences sont aplanies.

Le porte-parole des 14 groupes armés affirme qu’ils laissent ainsi une « petite chance »  au Premier ministre et au président Faustin-Archange Touadéra. « Tout le monde doit prendre ses responsabilités », indique Armel Mingatoloum-Sayo.

Au retour à Bangui, une nouvelle équipe sera donc formée. « Je crois que dans les jours qui suivent un novueau gouvernement inclusif sera présenté au peuple centrafricain au nom de la paix, la réconciliation, la concorde nationale retrouvée », estime Béranger Ludovic Igor Lamaka, porte-parole anti-balaka.

Continue Reading

International

BOSNIE: Perpetuité pour L’ex président Radovan Karadzic

Published

on

Radovan Karadzic , ex-président des serbes de Bosnie , a été condamné hier , en appelle , à la perpétuité par la justice internationale a la Haye (Pays bas), après avoir été condamné à 40ans de prison pour génocide et crimes de guerre .

Les juges du mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux de l’ONU à la Haye ont condamné Karadzic, aujourd’hui âgé de 73ans ‘’à la prison à vie ‘’.

Ils ont aussi rejeté son appel contre une décision précédente, rendue par la justice internationale en 2016, pour des atrocités commises durant le conflit en Bosnie (1992-1995) dont celles perpétrées a Srebrenica, dans l’est du pays, a déclaré le juge, Vagn Joensen.

En première instance, les juges ‘’ont sous-estimé l’extrême gravité de la responsabilité de Karadzic dans les pires crimes commis’’.

Il était également jugé pour sa responsabilité dans le siège de Sarajevo et dans le déplacement de population sur des bases ethnique dans plusieurs villages du pays.

Salimatou SYLLA

Continue Reading

International

MALI: Ouverture du débat sur la relance des unités spéciales antiterroristes.

Published

on

By

Au mali , l’attaque de la base de Dioura , dimanche dernier , a soulevé le débat concernant les bataillons unitaires spécialistes dans le domaine de le lutte contre le terrorisme. Issue de l’article 30 de l’accord de paix d’Alger , qui avait mis un terme au conflit dans le nord du pays. Ces bataillons doivent être crées sous peu pour la défense du pays face aux attaques terroristes.

D’après le décret, les bataillons d’unités spéciales effectuent des missions militaires d’actions de combat, de renseignements et d’assistance dans le nord et le centre du Mali. Mais pour la CMA, toutes les conditions pour leur opérationnalisation ne sont pas encore réunies. Il faut d’abord recomposer l’armée, selon Ilad Ag Mohamed de la cellule de communication : « On doit convenir avec le gouvernement de différents effectifs que d’autres appellent “quotas”. On doit convenir du commandement : comment gérer le commandement sur le terrain. Et avoir aussi un PC opérationnel, une sorte d’état-major sectoriel sur le terrain. On ne peut pas envoyer les hommes juste parce qu’il y a des opérations à mener. Il faut envoyer une armée qui reflète une armée nationale. »

Pour les autres groupes signataires, il y a urgence ; en témoigne l’attaque contre la base militaire de Dioura. Selon Fahad Ag Almahmoud, secrétaire général du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), « Il y a à peu près plus d’un tiers du territoire où l’armée estpersona non grata pour défendre les engagements que l’Etat a pris en 2014. C’est du pain béni pour les terroristes, qui ne craignent quasiment rien en dehors des passages de la force Barkhane qui n’a pas tous les effectifs nécessaires pour occuper cette zone. Quand il y aura des unités spéciales, elles auront le droit d’aller partout sur le territoire. »

Et ce responsable du Gatia de conclure : « L’armée régulière a été clouée au sol depuis le début du processus ». Au total, cinq bataillons doivent composer ces unités spéciales antiterroristes.

Continue Reading

Articles tendances

Haut ^