Connect with us

Présidentielle 2019

La cinglante lettre de Mimi Touré à Idrissa Seck: “Il se laisse ronger par la rancœur et l’amertume”

Published

on

Aminata Touré, ancien Premier ministre, répond à Idrissa Seck. Dans une lettre publiée sur sa page Facebook, Mimi Touré bat en brèche les accusations du leader de l’opposition, arrivé 2e à la présidentielle, et qui appelle l’opposition à l’unité pour faire « face à la volonté de confiscation du pouvoir. »

Le Conseil constitutionnel a définitivement clos le chapitre de l’élection présidentielle du 24 février 2019, les sénégalais aussi. Le Président Macky Sall a été réélu avec un score presque trois fois supérieur à celui de Idrissa Seck. Le Président Macky Sall a eu exactement 2,8 fois plus de voix que Idrissa Seck. Le Président Macky a eu 2.555.426 voix tandis qu’Idrissa Seck a eu 899.556 voix.
Le Président Macky Sall a gagné 40 départements sur 45. Idrissa Seck en a gagné 2 sur 45. Il n’y donc guère besoin d’une loupe pour constater la distance abyssale qui sépare le Président Macky Sall de Idrissa Seck. Ce qui aurait honoré Idrissa Seck, c’aurait été de féliciter avec fair-play le Président Macky Sall, librement choisi par la large majorité des électeurs sénégalais. Comme l’avaient fait le Président Abdou Diouf en 2000 ou le Président Abdoulaye Wade en 2012. Mais l’élégance démocratique et républicaine, ce n’est pas donné à tout le monde. 

Une grossière fabrication de résultats

Dans la mise au point intitulée : « Idrissa Seck, un mauvais perdant, diffuseur de faux résultats qui sera remis à sa place chaque fois que de besoin », la chargée de Mission du chef de l’Etat souligne que « Idrissa Seck se laisse ronger par la rancœur et l’amertume suite à sa bérézina électorale, la nième du genre. » Nous vous proposons l’intégralité de la lettre de Mimi Touré adressée au leader de Rewmi .

En lieu et place, Idrissa Seck s’est lancé dans une opération de fabrication de faux résultats si grossière qu’il n’a pas osé les porter auprès du Conseil Constitutionnel chargé d’étudier et de vider les recours électoraux. Comme à l’accoutumée, Idrissa Seck se laisse ronger par la rancœur et l’amertume suite à sa bérézina électorale, la nième du genre.

La compétition électorale est terminée, et les sénégalais sont résolument tournés vers l’avenir après s’être exprimés dans les urnes sans ambages, dans le calme et la sérénité. Ce n’est donc pas Idrissa Seck qui réussira à semer le trouble dans les esprits ou à discréditer les institutions de notre pays.
A l’heure où partout en Afrique et dans le monde on salue à nouveau la maturité de notre démocratie, Idrissa Seck tente d’entretenir vainement un pseudo-contentieux électoral alors que sa grande débâcle aux allures de dérouillée est aussi clair que le soleil de midi.

Sa place, il la connait, à défaut, on l’y remettra chaque fois que de besoin, tout en ne nous laissant pas distraire par ses gesticulations de mauvais perdant.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Présidentielle 2019

LE PROCHAIN GOUVERNEMENT DOIT COMPTER UN MINISTRE CHARGÉ DES AFFAIRES RELIGIEUSES (MAÎTRES CORANIQUES)

Published

on

Le président du Conseil supérieur des maîtres coraniques du Sénégal, Amadou Tidiane Talla, a invité jeudi à Dakar le chef de l’Etat Macky Sall  à nommer dans le prochain gouvernement un ministre chargé des affaires religieuses.

“Nous avons vu les efforts du gouvernement pour les écoles coranique. C’est bien, mais voulons la nomination d’un ministre chargé des affaires religieuses pour bien prendre en compte nos préoccupations”, a-t-il notamment indiqué.

 M. Talla, également ambassadeur itinérant à la présidence de la République, s’exprimait en marge d’une réunion de sa structure destinée à échanger sur l’attaque meurtrière contre des fidèles musulmans, survenue vendredi dernier en Nouvelle-Zélande.

 “Les affaires religieuses ne peuvent pas être gérées par une agence ou une direction, nous invitons le président (Macky Sall) à nommer un ministre qui va s’occuper de ces questions”, a poursuivi M. Talla, ancien député originaire de Médina Gounass, dans le département de Vélingara (sud).

 Le Sénégal est toujours dans l’attente de la formation d’un nouveau gouvernement après l’élection présidentielle du 24 février dernier, remportée par le président sortant Macky Sall.

Continue Reading

Présidentielle 2019

Mounirou sur l’éventuelle troisième mandat de Macky Sall: “C’est un faut débat”

Published

on

Continue Reading

Politique

Moustapha Diakhaté prend la défense de Khalifa

Published

on

Le durcissement des conditions de visite à Khalifa Sall à Rebeuss a passablement énervé, selon Vox Populi, Moustapha Diakhaté : “Cette décision doit être appliquée, sans exception, à tous les prisonniers et à tous les visiteurs des prisons et maisons d’arrêt et de correction sur l’ensemble du territoire sénégalais”.

Dans un post au ton très incisif publié sur Facebook, le chef de cabinet du président de la République s’emporte : “C’est un abus judiciaire fondamentalement anti-constitutionnel. C’est une grave violation du sacro-saint principe de l’égalité des citoyens devant la loi”.

Continue Reading

Articles tendances

Haut ^