Connect with us

Environnement

FACE AUX CONSEQUENCES NEFASTES DES FEUX DE BROUSSE EN CASAMANCE Haidar Ali déplore et parle de catastrophe écologique

Published

on

Hagard, l’est l’écologiste sénégalais devant les feux qui ont décimé plusieurs milliers d’hectares des forets de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor.

Face  aux conséquences néfastes engendrées par le feu,  Haidar Ali a vivement dénoncé ce fait dont il appelle une catastrophe écologique.

  Les feux de brousse ont ravagé  une très bonne partie des forets des trois régions de la casamance, à savoir : Kolda, Sédhiou et Ziguinchor.

 En visite dans ces trois régions, l’ancien ministre de l’Environnement ne pouvait pas cacher sa désolation et indignation face aux dégâts causés par les flammes.

  Selon Haidar Ali, la dégradation que causent les feux de brousse sont énormes, surtout en cette période où l’élevage a besoin de tapis herbacé pour  nourrir le bétail.

 Sur l’origine de ces feux de brousses, l’écologiste souligne qu’ils sont l’objet d’un collecteur de miel qui va allumer pour chasser les abeilles. Ou, poursuit-il, d’un charbonnier qui va utiliser le feu sas pour autant faire attention. Mais aussi, le braconnier qui va mettre le feu pour voir l’affut des animaux.  Et du coup, ajoute t il, le feu va propager très rapidement, et survient la catastrophe.

  Pour diminuer l’ampleur des feux de brousse qui ravagent chaque année les forets sénégalaises, l’ancien ministre de l’Environnement pense qu’il est nécessaire de mettre sur pied des comités villageois de surveillance contre les feux de brousse.

  « Il faut des comités de surveillance dans chaque village, pour sauvegarder notre écosystème. Leur travail consistera à désherber les champs, les concessions. Ensuite, protéger les superficies cultivables. Car, les feux portent un coup fatal sur les terres cultivables. Donc, il est nécessaire de tout faire l’ampleur des feux de brousse diminuent de manière sensible d’année en année dans la région naturelle de Casamance », signale M. Haidar. Qui indique que les villageois qui sont souvent victimes, doivent mettre l’accent sur la sensibilisation des exploitants forestiers. Notamment : les récolteurs de miel, les charbonniers, les chasseurs, et même les fumeurs.

  Haidar Ali a en outre attiré l’attention des autorités sur le phénomène des feux de brousse dans cette partie sud du pays. A l’en croire, l’écosystème regorge d’énormes potentialités qui ne profitent pas aux populations.

« Nous avons un écosystème très riche, qui est attaqué tout le temps par le feu. Et chaque année, , il faut partir à zéro à cause des feux de brousse. Il faut l’Etat du Sénégal trouve une solution face à cette situation. Afin que les populations puissent profiter de nos forets, brousses pour vivre », a laissé entendre Haidar Ali, ancien ministre de l’Environnement, président de l’ONG Oceanium.

  MLS(ziguinchor)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Environnement

ONE PLANET SOMMET: La BAD promet 25 milliards de dollars pour le climat

Published

on

By

La question du changement climatique a réuni dans la capitale kenyanne plus de 4000 participants , des chefs d’états , de gouvernements , institutions et ONG . Troisième édition du ONE PLANET SOMMIT , la BAD ( banque africaine de développement) a promis un enveloppe de 25 milliards de dollars en faveur du climat d’ici 2025.

La banque africaine de développement a joué au bon Samaritain lors du one planet sommit tenue ce jeudi 14 février à Nairobi. Soucieux de la lutte contre le changement climatique , une somme en faveur du climat passent à 25 milliards de dollars , soit le double des années précédant.

D’apres M. Akinwumi Adesina cet argent va aussi financer l’agriculture durable , les assurances contre les catastrophes naturelles et la construction d’infrastructures . IL poursuit et ajoute que le BAD va aussi lancer des facilités de crédits pour soutenir les pays qui abandonneront le charbon en faveur des énergies renouvelables.

Enfin, elle confirme sa dotation de 10 milliards pour son initiative « Du désert à l’énergie », destinée à construire, dans le Sahel, des infrastructures capables de produire 10 gigawatts. Selon le président de la BAD, Akinwumi Adesina, 100% du portefeuille énergie de l’institution est désormais consacré au climat.

Reste que le secteur bancaire n’est pas toujours aussi vertueux, notamment du côté des banques commerciales privées, qui financent encore beaucoup les énergies fossiles. « Malgré les progrès, il reste beaucoup de travail sur l’information et la sensibilisation », estime Akinwumi Adesina. Le président de la BAD a donc annoncé le lancement prochain d’un classement des institutions financières en fonction des sommes qu’elles accordent à la protection de l’environnement. Un outil qui se veut pédagogique en mettant en danger l’image des mauvais élèves auprès du grand public.

Cependant au niveau mondiale la BM investira 22,5 milliards de dollars pour la période 2021 2025 dans le financement de la lutte contre le changement climatique.

Continue Reading

Environnement

PECHE: DE FORTES AGITATIONS PREVUES EN HAUTE MER

Published

on

By

Dans une annonce paru à l’agence de le presse sénégalaise, l’agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie ( ANACIM) prédit un vent fort vers le nord du pays pouvant atteindre ou dépasser 40km/h aux larges des cotes sénégalais à compter de ce vendredi 15 février à 22h .

D’après la source , ce vent devrait être accompagné d’une houle dangereuse de secteur nord ouest pouvant aller jusqu’à 30m d’altitude.

Sur ce ANACIM appelle les pêcheurs à la prudence .

Continue Reading

Environnement

AFRIQUE: le rapport de l’oms dévoile un nombre important de décès des accidents de la route

Published

on

By

Le dernier rapport de l’organisation mondiale de la santé ( OMS) alerte sur le nombre de morts sur les routes dans le monde avec 1,35 millions de personnes tuées chaque année.

En Afrique, les accidents de la route représentent aujourd’hui la cause de décès chez les jeunes de 15 à 20 ans . Selon ce rapport , la route tue plus que le sida , la tuberculose ou les maladies diarrhéiques. Sur ce l’organisation mondiale de la santé (OMS) décline la volonté politique devant être encouragée et la responsabilité de chaque acteur renforcée .

Les perspectives de réduire de moitié le nombre de morts sur les routes d’ici 2020 sont fixées mais selon l’OMS, elles ne pourront pas être réalisées sans une ferme volonté politique et une inclusion de la responsabilité de tous les acteurs concernés .

L’Afrique reste le continent le plus touché , les piétons et cyclistes y sont particulièrement vulnérables notamment à cause du mauvais état des infrastructures . Il faut ajouter à cela le manque de services d’urgences ou tout simplement de soins à prodiguer rapidement afin de sauver les vies.

Continue Reading

Articles tendances

Haut ^