Connect with us

Infos regions

Accident sur le boulevard 54m: cinq sapeurs pompiers blessés grièvement

Published

on

L’incident est survenu ce matin vers les coups de neuf heures. Le camions citerne de la compagnie de Ziguinchor en pleine allure,s’est renversé sur le boulevard 54m. Bilan : les cinq agents à bord sont blessés grièvement. Alertés, leurs collègues n’ont pas tardé de leur porter secours.ils ont été transférés à l’hôpital régional de Ziguinchor pour bénéficier des soins intensifs.

La police,quant à elle a ouvert une enquête pour connaître le motif  de cet accident.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Diourbel

Diourbel : Urgent : Meurtre à Yolly, le sieur Abdoulaye Diallo sauvagement tue et jete sous un arbre par ses bourreaux.

Published

on

Abdoulaye Diallo, âgé d’une soixantaine d’années a été retrouvé mort sous un arbre à côté de chez lui à Yolly, un village situé dans la commune de Ngohe , arrondissement de Ndoulo dans le département de Diourbel. Le meurtre a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. De retour d’un voyage, la victime a été sauvagement agressée par des individus qui lui ont fracturé le crâne. Abdoulaye Diallo a été retrouvé le lendemain matin, le corps sans vie. Alertes , les éléments de la brigade de gendarmerie de Ndoulo qui ont ouvert une enquêtes ayant abouti à l’arrestation de deux suspects qui sont en garde à vue à Ndoulo. Le corps de la victime a été transporté à la morgue de l’hôpital Regional Heinrich Lubke pour les besoins de l’autopsie.
Abdoulaye Diallo était marié et père de deux enfants. La victime a été inhumé il y a de cela quelques instants ce jeudi à son village natal Yolly.

Continue Reading

Actualités

RESTITUTION DE 1600 TRONCS D’ARBRES, 800 MADRIERS, ACCOMPAGNEMENT DE 285 ARTISANS PAR LA DER , les artisans de Ziguinchor louent vivement le geste du président de la République

Published

on

Les acteurs du secteur du bois de la région de Ziguinchor ont tenu hier, un point de presse au village artisanal,  pour disent ils, remercier le chef de l’Etat Macky Sall, qui a répondu de façon prompte à leur requête. Il s’agit entre autres : la restitution de mille six cent troncs d’arbres, huit cent madriers, et l’accompagnement de deux cent quatre vingt cinq artisans de Ziguinchor par la Délégation de l’Entreprenariat rapide(Der).

  Pour rappel, au lendemain des événements malheureux de Boffa Bayotte, soldés par le carnage de quatorze personnes,  le président de la République avait pris la décision portant l’interdiction de la coupe de bois en Casamance.

 Et cette mesure,  informe Abdoulaye Diakhaby, obéit à une logique de contrôle des ressources naturelles face au pillage dont elles font l’objet plus particulièrement dans les forets de la Casamance naturelle. Celle-ci avait, poursuit le président de la Ccaa,  soulevé l’inquiétude des professionnels du bois qui avaient fortement subi les préjudices liés à son application.

   Face à cette situation, le Cadre de concertation des artisans et agriculteur de la Casamance(Ccaa) avait exposé  leur difficulté au chef de l’Etat lors d’une audience pendant sa tournée économique dans la région.  Ce dernier, informe Abdoulaye Diakhaby, le président de la Ccaa, nous a promis de résoudre notre plateforme revendicative qui tournait autour de l’allégement de nos conditions de travail.

 Chose faite selon le président Abdoulaye Diakhaby, qui indique que le président Macky Sall a répondu favorablement à leur requête. En leur octroyant les mille six cent troncs d’arbres, et les huit cent madriers.

 « Soucieux de notre difficile condition de travail face au décret interdisant la coupe du bois, depuis le 21 février dernier, le président Macky Sall a joint l’acte à la parole en nous restituant les bois et les madriers saisis par les services des Eaux et Forets », soutient M. Diakhaby. Qui estime que, tous les projets de  formation, de renforcement de capacité introduite par la Ccaa et financés par 3fpt. Et, note t il,  d’autres projets sont en cours de validation et qui concernent plus sept mille huit artisans au niveau national.

  Vu ces décisions qui allègent leur condition de travail, affirme  les artisans, « nous exprimons notre profonde reconnaissance et nos sincères remerciements à son Excellence le président Macky Sall pour les mesures importantes. Car, celles-ci, ont permis d’atténuer l’impact de la mesure portant l’interdiction de la coupe du bois en Casamance. Mais aussi, pour ces efforts constants pour le développement du secteur de l’artisanat au Sénégal ».

   Ils ont, en sus, remercié le Premier ministre Boun Abdallah Dion, « pour les dispositions urgentes et le suivi permanent qu’il a apportés dans la mise en œuvre de la décision du président de la République ».

  « Nous renouvelons au chef de l’Etat notre engagement à nous mobiliser pour l’accompagner dans la réalisation de son ambition patriotique d’assurer une protection souveraine de nos ressources naturelles et plus particulièrement les forets de la Casamance qui subissent actuellement un niveau préoccupant de dégradation et de pillage », promet Abdoulaye Diakhaby,  lors du point des artisans de Ziguinchor tenu hier.  

Continue Reading

Actualités

ZIGUINCHOR : VU LES NOMBREUX CAS DE GROSSESSES PRECOCES Les Badienou gokh tirent la sonnette d’alarme

Published

on

Les nombreux cas de grossesses notés dans la région de Ziguinchor inquiètent plus d’un, surtout les badiénou gokh. Face à ce phénomène, qui ne cesse de prendre une ampleur inquiétante, ces dernières ont, lors d’une rencontre tenue à Ziguinchor, insisté sur l’urgence de tenir des campagnes de sensibilisation pour mettre fin à cette situation.

Les grossesses précoces sont devenues fréquentes, pour ne pas dire monnaie courante à Ziguinchor, surtout dans le milieu scolaire. Le constat est fait par l’association des badiénou gokh de Ziguinchor.  Qui assure que la région de Ziguinchor occupe la troisième place après Sédhiou et Kolda dans le classement des contrées où on note un fort taux de grossesses précoces.

 Un constat suffisant pour les badiénou gokh de lancer un cri de cœur, et attirer l’attention des autorités et parents pour une meilleure sensibilisation des jeunes filles.

 Selon la présidente des badiénou gokh, qui revient sur les causes de ce phénomène, « cette situation découle des conséquences néfastes du conflit, qui a plongé plusieurs familles dans la pauvreté, la misère et la précarité ».

 « Ce sont les régions du sud qui ont battu le record sur le plan de grossesses précoces. Ces trente quatre ans de conflit ont fait que la pauvreté s’est installée dans toutes les familles. D’autant que les jeunes filles aiment se faire belles, avoir des produits de beauté et autres, elles deviennent la proie facile des hommes impitoyables », analyse Fatou Cissé.

 Nonobstant les nombreuses émissions interactives dans les radios communautaires à travers la région, déplore Mme Cissé,  « on enregistre toujours de nouveaux cas de grossesses ».

 Toutefois, la présidente des badiénou gokh de Ziguinchor de pointer du doigt accusateur les parents qui,  selon elle, « ont démissionné » dans l’éducation de leurs filles.

 « Les parents n’éduquent plus leurs filles, elles sont laissées à elles mêmes, ce qui est déplorable. Ils sont responsables de ce qui arrive à leurs filles », déplore t elle. Fatou Cissé de renchérir « les parents, surtout les femmes doivent inculquer à leurs filles une éducation sexuelle. Mais, ce qu’on constate,  comme si celle-ci était devenue un tabou dans notre société. Alors que c’est la seule façon de sauver les filles ».

 Certes, vivre dans la pauvreté est difficile, mais Mme Cissé pense que cela ne doit pas être une raison pour les filles de se donner facilement aux hommes au point de  sacrifier leur cursus scolaire.

 « Nous demandons aux jeunes filles de ne pas se laisser avoir facilement par les hommes. Elles doivent vivre dans la dignité, pour pouvoir continuer leurs études jusqu’à terme », plaide la présidente des badiénou gokh de Ziguinchor.

 A cet effet, elle a invité les autorités à renforcer les sanctions pour que les auteurs de ces grossesses précoces soient punis à la hauteur de leur geste.

 « Nous ne pouvons pas tolérer que des filles  âgées de moins dix huit ans deviennent des filles mères, et que les auteurs errent librement dans les artères de la ville sans être inquiétés. Nous demandons aux autorités de durcir les sanctions à l’endroit de ces gens », martèle Fatou Cissé, présidente des badiénou gokh de Ziguinchor.

 MLS

Continue Reading

Articles tendances

Haut ^